Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

TUI France se lance dans le package dynamique

Le TO, grand spécialiste du forfait tout compris, veut mettre de la souplesse, s’adapte aux nouvelles attentes des consommateurs.

« C’est incontestable : les clients veulent toujours plus de choix et de flexibilité », justifie Pascal de Izaguirre, le PDG de TUI France, au moment de présenter la nouvelle offre du TO, le « choix flex ». Testé discrètement sur 4 destinations cet été (Malaga, Madère, Malte, Djerba) et 20 hôtels, le dispositif a convaincu les équipes du voyagiste qui vont l’étendre.

Ainsi, sur TUI.fr, comme sur nombre d’agences en ligne, les futurs clients du TO pourront désormais choisir leur jour de départ, leur compagnie aérienne ou leur durée de séjour. Et ce, sur 50 hôtels cet hiver (Maroc, Tunisie, Portugal, Espagne, Malte, République Dominicaine, Mexique), et plus de 300 à l’été 2019. « Cette offre nous permet de diminuer notre volume engagé et donc nos risques, sans pour autant réduire notre offre », précise Pascal de Izaguirre. Et ne menace pas l’une des compagnies du groupe, TUIFly (75% des vols moyen-courrier au départ de France), qui dessert aussi les marchés belges, allemands, néerlandais, …

Répondre à toutes les attentes

Car la largeur de l’offre reste la stratégie majeure de TUI France. « Nous voulons répondre à toutes les envies de vacances », explique Serge Laurens, directeur marketing et digital du voyagiste. Avec 92 hôtels et clubs TUI (17 Lookéa, 9 Marmara et 66 hôtels des différents concepts du TO), et plus de 300 circuits dans 11 destinations (206 Nouvelles Frontières et 105 Circuits TUI, le nouveau nom des circuits Vacances Transat), le TO, filiale du leader mondial du voyage, veut dominer l’hiver.

TUI France a également renforcé son offre Neige, avec 20 clubs dans les Alpes, les Pyrénées et au Canada, 14 séjours (Laponie, Pays Baltes, Russie, Canada, USA) et 14 circuits (Islande, Norvège, Suède, Finlande, …). Une production repensée que le TO distribuera sur l’ensemble des canaux existants. « Un TO n’a plus le choix et doit s’appuyer sur un mixte entre points de ventes physiques et digitaux », assure Pascal de Izaguirre.

Ainsi, TUI France compte sur les 260 agences de voyages (68 TUI Stores intégrés dont 3 sont encore aux couleurs de Look, 168 agences mandataires et 24 agences enseignes) pour distribuer sa production. Un canal encore essentiel donc, qui incite même le TO a vouloir le densifier. 70 agences mandataires sont recherchées d’ici à 3 ans.

Une marque de plus en plus identifiée

Pour autant, la vente digitale prend de plus en plus d’importance dans l’activité du TO, comme chez ses concurrents. Pendant l’exercice 2017/2018, les ventes réalisées sur le site TUI.fr représentent 20% du volume de clients et ont grimpé de 15% par rapport à l’année dernière. D’autant plus que TUI compte sur sa vitrine pour valoriser sa marque.

En effet, mettre la main sur des marques emblématiques du tourisme en France (Lookéa, Vacances Transat, Marmara, Nouvelles Frontières, …) ne suffit pas pour faire rayonner la marque ombrelle (TUI). « Les gros investissements marketing de 2018 seront reconduits en 2019 », prévient Serge Laurens. Car le matraquage publicitaire de TUI commence à porter ses fruits. En six mois, la marque a atteint 16% de notoriété spontanée, contre 4 à 5% en décembre 2017. « Notre premier objectif est atteint : on a fait savoir que TUI était le numéro 1 en termes d’offres sur le marché, en l’illustrant avec des produits issus de chaque gamme ».

Le site TUI.fr est d’ailleurs de plus en plus fréquenté et deviendra l’unique plate-forme du voyagiste à compter du 23 octobre prochain et la fermeture du site de Look Voyages. « Mais on est rassuré, car 75% des réservations effectuées pour Lookéa cette année l’ont été sur TUI.fr. Il nous reste donc 25% à sécuriser », conclut Serge Laurens.