Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

TUI France : le CSE demande la nomination d’un médiateur

Reçus par le cabinet du ministre du Travail, les représentants du personnel du voyagiste veulent rétablir le dialogue avec la direction.

« Le ministère partage le même constat que nous », explique Lazare Razkallah, le secrétaire général du Conseil social et économique (CSE) de TUI France, à la sortie de son rendez-vous avec Patrice Ivon, conseiller en charge des mutations économiques et de la santé au travail, et Valérie Guern, chef de mission, tous deux auprès de Muriel Pénicaud, la ministre du Travail. « A savoir que cette entreprise ne peut pas être gouvernée à coup de plans sociaux », précise le syndicaliste CGT. La perspective d’un nouveau plan social sème le doute dans l’esprit des représentants du personnel, qui veulent dialoguer avec la direction.

« C’est pour cela que nous demandons la nomination d’un médiateur, qui animerait le dialogue social entre la direction et les salariés », propose Lazare Razkallah. « Selon M. Ivon, le siège de TUI, en Allemagne, cherche à éviter le plan social. Nous sommes prêts à en discuter avec eux, notamment dans la gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences (GPEC), qui permettrait de former et d’accompagner pour reclasser dans l’entreprise en fonction des besoins et de l’évolution des métiers », précise Lazare Razkallah.

La cession de marques serait envisagée

Selon le ministère, TUI serait même en négociations avec certains « partenaires » pour envisager la cession de marques.

Du côté du gouvernement, le dossier sera suivi attentivement, selon le syndicaliste. « Nous avons été reçus rapidement, ce qui montre que le ministère considère ce dossier comme urgent. Ce n’est qu’un premier rendez-vous, mais nous allons rester en contacts réguliers avec le cabinet de la ministre pour faire des points d’étapes réguliers », assure Lazare Razkallah.

Sollicitée par L’Echo, la direction de TUI France vient de donner sa vision de la période, après avoir elle aussi été reçue par le ministère le mardi 2 avril. « Différentes solutions sont à l’étude (pour remédier à la situation de TUI France, NDLR), il est aujourd’hui prématuré de les évoquer », explique la direction.

A lire aussi :

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique