Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

[TOTEC19] Comment un office de tourisme développe ses missions dans une smart city

C’est sur le terrain du tourisme d’affaires que la ville d’Issy-les-Moulineaux innove. Au point de créer un circuit « smart Issy ».

Issy-les-Moulineaux, c’est 70 000 habitants aux portes de Paris, et presque autant qui viennent travailler sur place. D’ailleurs, cette ville des Hauts-de-Seine héberge 652 sièges sociaux dont ceux de Microsoft et de Coca-Cola, mais aussi deux éco-quartiers. Comment imaginer un levier touristique dans un tel contexte urbain ? « Nous avons observé ce qui se passe dans la ville, a souligné Emmanuelle Breuil-Salles, directrice de l’Office de tourisme et des relations Internationales, lors de la conférence TOTEC à Paris. Nous avons créé du produit autour de la ville et de son ADN de smart city », désireuse d’améliorer le cadre de vie de ses habitants grâce au numérique, avec une logique de développement durable.

Un circuit « smart Issy »

L’Office de tourisme a ainsi conçu des circuits numériques touristiques, disponibles via deux applications. « Nous sommes sur le développement durable, avec des circuits numériques qui mettent en valeur la circulation douce et moins de flyers », a ajouté Emmanuelle Breuil-Salles. La présence de nombreuses entreprises a par ailleurs motivé la création en 2017 d’une mission MICE (Meetings, Incentives, Conferencing, Events or Exhibitions). « Nous proposons aux entreprises des événements qui tournent autour de la smart city, comme des team building en réalité augmentée, qui vous emmènent sur les éco-quartiers. »

L’Office du tourisme créée aussi un « smart Issy tour », qui est un showroom grandeur nature, reliant les différents spots : début 2020, les visiteurs français et étrangers pourront le parcourir avec des lunettes en réalité augmentée, pour voir ce qui « se passe en dessous et derrière ». La ville et la région Ile-de-France ont signé cette année un Contrat régional de destination qui symbolise cette volonté de valoriser la smart city.

Le boost des JO de Paris

Guillaume Cussac a également pris la parole sur le thème de la smart destination, dans le cadre du TOTEC. L’ex-patron d’ebookers a aussi œuvré, jusqu’en 2018, en tant que directeur financier et responsable de l’offre accueil & hébergement du Comité de candidature aux Jeux Olympiques et Paralympiques Paris 2024. « Mes propos n’engagent que moi », a-t-il tenu à préciser.

Quel rôle jouent les JO en tant que méga-événement sur la smart destination, et participent au rayonnement de la ville ? « Aucun événement au monde ne bénéficie d’une telle caisse de résonance médiatique, a relevé Guillaume Cussac. D’ailleurs, il y a un ratio de trois journalistes pour un seul athlète sur l’événement. » Les retombées se mesurent à moyen terme, puisque nombre de voyageurs vont renoncer à visiter la ville pendant les épreuves. « Londres a montré que les musées enregistrent un recul de fréquentation » lors des JO.

« Les jeux jouent le rôle d’accélérateur, notamment autour des enjeux de mobilité, de lutte contre la pollution, et de projets capables de renforcer l’attractivité touristique de la destination. » Guillaume Cussac a cité deux projets qui vont sortir de terre plus vite que prévu à Paris, cette ville de tourisme d’affaires en manque d’hôtels « gros porteurs » : la Tour Triangle (120 chambres) près du Parc des expositions de Paris pour 2021, et la Tour Pleyel (700 chambres) près du village olympique. Les JO peuvent aussi créer des tensions, comme le montre la colère des hôteliers à l’égard du partenariat CIO/Airbnb.

A lire aussi :

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique