Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Partenariat CIO/Airbnb : furieux, les hôteliers suspendent leur participation aux JO de 2024

Les hôteliers ne décolèrent pas suite à l’annonce du partenariat entre le CIO et Airbnb. Ils ont annoncé suspendre leur participation à l’organisation des JO de Paris 2024.

La bataille entre les hôteliers et Airbnb prend une nouvelle dimension. Alors que mercredi, l’Umih ne mâchait pas ses mots pour commenter l’annonce du partenariat entre le CIO et la compagnie américaine, dénonçant une alliance “totalement irrespectueuse envers les professionnels de l’hôtellerie”, le syndicat a décidé de ne pas s’en tenir qu’aux mots. L’organisation patronale a en effet annoncé que les hôteliers allaient suspendre leur participation à l’organisation des JO 2024. En d’autres termes, ils ne siègeront plus aux réunions préparatoires, dans l’attente d’une clarification, a indiqué Laurent Duc, le président de l’Umih Hôtellerie. De fait, les hôteliers planchent sur les JO de Paris 2024 de longue date, dès la mise en place du Comité de candidature. “Il y a déjà plusieurs années que nous travaillons avec (les professionnels de l’hôtellerie), explique Tony Estanguet, le patron du Comité d’organisation des jeux olympiques (CoJo). A titre d’exemple, nous avons d’ores et déjà réservé plus de 40.000 chambres pour nos besoins en 2024.” Le comité d’organisation des Jeux olympiques de Paris 2024 négocie de fait avec l’Umih pour réserver des lots de chambres afin d’accueillir sportifs et spectateurs. L’Umih a vivement critiqué le choix d’Airbnb auprès du CIO, exprimant son soutien aux hôteliers, jugeant « normal » leur “cri d’alarme” face à la “déstabilisation” générale provoquée par la plate-forme.

“Une énième provocation de la part d’Airbnb”

De son côté, le GNI, regroupant les indépendants de l’hôtellerie, a affirmé son intention de saisir le Comité d’éthique du CIO ainsi que le CoJO. « L’annonce d’un partenariat passé avec le Comité International Olympique est une énième provocation de la part d’Airbnb », a commenté Didier Chenet, le président du GNI. « Parmi les valeurs essentielles de l’Olympisme, il y a le respect. Le respect de soi, des autres mais aussi des règles. Quand un athlète ne respecte pas le règlement, il est disqualifié. Or, à regarder le nombre de procès qui opposent Airbnb aux plus grandes villes du monde, on peut sérieusement s’interroger sur le respect des règles par Airbnb.”

L’annonce est d’autant plus difficile à digérer pour le secteur de l’hôtellerie que les JO représentent une échéance cruciale, à plus d’un titre. Pour le volume d’affaires que les Jeux doivent générer, mais aussi parce que d’importants investissements vont être faits en vue de cette échéance. De nombreux projets phares sont attendus à cette occasion, qui doivent venir diversifier l’offre hôtelière du Grand Paris.

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique