Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

FTI Voyages investit la Tunisie pour poursuivre sa croissance

Le tour-opérateur d’origine allemande renforce son implantation dans le sud de la Méditerranée, avec deux clubs en Tunisie.

Après avoir relancé avec succès l’Egypte et la Turquie, FTI Voyages a un nouvel objectif : la Tunisie. « C’est notre nouveau défi. Nous y ouvrons deux clubs, et nous nous engageons sur 25 000 sièges au départ de Paris, Nantes, Lille, Mulhouse, Lyon et Strasbourg », détaille Axel Mazerolles, le directeur général de FTI Voyages. Le TO desservira le Club FTI Voyages Télémaque, à Djerba, et le club FTI Voyages Président, à Hammamet, avec Nouvelair, d’avril à fin octobre.

Pour le voyagiste, c’est donc une nouvelle incursion dans le sud de la Méditerranée, où tous les voyants sont au vert, selon les derniers chiffres publiés par le Seto. « Nous nous renforçons également sur nos axes les plus forts. En Egypte, où nous frôlons les 50 000 passagers en 2019, nous engageons 800 sièges hebdomadaires entre la France et Sharm El Sheikh, que nous investissons après avoir relancé Hurghada », explique Raphaël Auvray, directeur de production de FTI Voyages, fraîchement recruté.

Plus de 10 000 références hôtelières

Deux nouveaux clubs ouvrent également en Turquie, où le TO revendique la deuxième position sur le marché. La desserte de Bodrum est renforcée (20 000 sièges) pour alimenter de clients le Club FTI Voyages Bodrum Park, et Antalya est accessible depuis Paris, Bâle-Mulhouse, Nantes et Lyon, pour le Club FTI Voyages Waterworld Belek. Le Club FTI Voyages Torre Blanca, à Majorque, dans l’archipel des Baléares, complète la liste des nouveautés Clubs de FTI Voyages pour l’été 2020. Côté Club FTI Privilège, l’offre clubs Premium du voyagiste, l’offre, amenée à s’enrichir en long-courrier, reste stable avec 4 adresses au Maroc, en Egypte et en Turquie.

Affrètement aérien et ouverture de clubs : FTI Voyages semble calquer son modèle économique sur celui du tour-operating traditionnel. « Mais l’autre pilier de notre stratégie, c’est la technologie », assure Axel Mazerolles. Avec plus de 10 000 références hôtelières et un accès à l’une des offres aériennes les plus larges du marché, FTI Voyages ambitionne de devenir « un réflexe de vente » pour les agents de voyages, qui trouvent sur les différents outils du voyagiste stocks, flexibilité et « transparence des prix », selon Axel Mazerolles.

« Une place à prendre » sur le marché français

« C’est à nous de trouver le bon équilibre, tant sur l’aérien que sur l’offre de clubs ou de destinations. Nous pouvons nous appuyer sur un groupe aux ambitions internationales, et apporter notre touche français », appuie Raphaël Auvray. « Nous devons autant investir des destinations avec des prix agressifs, comme la Tunisie, qu’innover sur d’autres axes », estime le jeune directeur de production. Pour affirmer ses ambitions, « FTI Voyages devra accélérer sur le segment des clubs, avec un objectif de 30 000 clients en 2020 », selon Axel Mazerolles, et devrait, dès l’hiver prochain, s’aventurer dans de nouvelles contrées en Asie, dans les Caraïbes et dans l’Océan Indien.

Parce que le tour-opérateur entend bien poursuivre sa croissance galopante, après avoir convaincu plus de 220 000 passagers (+25%) en 2019, pour un chiffre d’affaires d’environ 175 millions d’euros. « Nous sommes encore un challenger en France, mais nous sommes convaincus qu’il y a une place à prendre et que nous avons beaucoup de potentiel », conclut Axel Mazerolles. FTI Group, la maison-mère du TO, a quant à elle enregistré un chiffre d’affaires de 4,1 milliards d’euros (+10%). Avec la faillite de Thomas Cook, le groupe est devenu le troisième plus grand voyagiste d’Europe.

A lire aussi :

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique