Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Thomas Cook/My Travel, c’est fait

La Commission européenne a donné son aval à la création d’un nouveau géant du tourisme, issu de la fusion entre le britannique MyTravel et son concurrent allemand Thomas Cook.

Le 12 février dernier, Thomas Cook et My Travel avaient annoncé la création de Thomas Cook PLC, un groupe basé et coté à Londres. Présenté comme une fusion entre égaux, le mariage est de facto une acquisition du numéro trois européen MyTravel par le groupe allemand, numéro deux sur le Vieux continent. L’opération doit encore être approuvée par les actionnaires de MyTravel, lequel prévoit une finalisation de l’opération le 19 juin. Par son feu vert, Bruxelles ouvre la voie à un groupe qui emploiera 33.000 salariés dans le monde et enverra chaque année plus de 19 millions de passagers en vacances. Il gèrera par ailleurs 2.900 bureaux dans le monde et une flotte de 97 avions. Avec un chiffre d’affaires annuel de près de 12 milliards d’euros, le nouveau groupe s’imposera comme le numéro deux du voyage en Europe, derrière l’allemand TUI, mais loin devant l’autre allemand Rewe. C’est sur les marchés irlandais et britannique des vacances à forfait que la concentration risquait de créer le plus de problèmes, craignait la Commission. En effet, quatre grands voyagistes y sont présents actuellement : Thomas Cook, MyTravel, TUI et First Choice. Mais à l’issue de son enquête, la Commission a considéré que l’opération ne risquait pas de nuire aux consommateurs britanniques et irlandais qui continueront à avoir accès aux circuits à forfait à des prix concurrentiels. Si ce feu vert soulage Thomas Cook, il constitue en revanche un sujet d’inquiétude pour l’allemand TUI et le britannique First Choice, qui eux aussi ont annoncé un projet de fusion. Leur dossier est actuellement à l’étude à Bruxelles, mais dorénavant, avec un acteur en moins, la Commission pourrait estimer que le marché est trop concentré et qu’il faut interdire la fusion. Les deux voyagistes ont d’ailleurs annoncé qu’ils avaient proposé de céder des actifs en Irlande, afin de décrocher l’aval de la Commission. Verdict le 4 juin.

Dans la même rubrique

Laisser un commentaire