Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Thomas Cook, champion de la rentabilité

Le groupe a dégagé 33 ME de bénéfice brut en 2009, toutes marques confondues, pour un volume d’affaires d’environ 660 ME. Au prix d’une grande exigence de rentabilité (5 %).

C’était prévu dans le budget, mais compte tenu de la crise et des avanies récentes avec AS Voyages, le président du directoire de Thomas Cook, Denis Wathier, est plutôt satisfait des résultats annuels de son groupe. Sur l’exercice 2008-2009, clos le 30 septembre 2009, Thomas Cook France a réalisé un profit brut de 29,1 M£ (33,4 ME) pour un volume d’affaires d’environ 579 M£ (665 ME), dont 54 M£ (60 ME) provenant de son activité de distributeur, au titre des commissions perçues par les autres tour-opérateurs. « Alors que la rentabilité moyenne des TO ne dépasse pas les 2 % et que Marmara revendique la meilleure rentabilité du marché, avec 4 %, nous sommes heureux de réaliser un taux de rentabilité de 5 % sur l’exercice », ajoute Denis Wathier. Cette réussite vient, entre autre, de « l’essor des ventes Internet – qui dépassent désormais celles réalisées par les agences ASVoyages – et de la mise en place d’un système de rémunération variable incitatif », analyse Denis Wathier. Ce bilan est également le fruit d’une « obsession de la bonne gestion », précise le dirigeant. Le résultat, aussi, d’une politique de réduction des coûts, via de substantielles économies d’échelles réalisées après l’intégration de Jet tours. Ce qui n’a pas été sans tension au sein de l’entreprise. Certains salariés ont en effet réclamé leur quote-part sur les profits réalisés en 2009 : « Il y a eu un problème d’incompréhension sur la participation, mais qui s’est dissipé après le versement de l’intéressement et des bonus individuels », justifie Denis Wathier. « Les conditions de travail sont difficiles et c’est vrai que le climat social reste compliqué », reconnaît-il. Et, à moins d’un retournement de conjoncture subit, 2010 s’annonce du même tonneau. Le groupe promet pour cette année la même rentabilité. Il veut atteindre 360 franchisés et développer son offre en interne, « tout en restant ouvert aux opportunités », glisse Denis Wathier.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique