Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Subventions : les compagnies du Golfe contre-attaquent

Accusés par Air France de ne pas respecter les règles de concurrence, les patrons de Emirates et de Qatar Airways, en visite en France ont vigoureusement répondu.

 

Le président de Emirates, Tim Clark et le PDG de Qatar Airways, Akbar Al-Baker, se sont fait agneaux hier respectivement à Paris et à Nice, alors qu’Air France depuis quelques semaines crie au loup. Accusés par le groupe franco-néerlandais de ne pas respecter les règles de concurrence et d’obtenir des subventions, ils se sont défendus farouchement, tout en voulant rassurer : « Le gouvernement de Dubaï ne fournit aucun fonds » et « nous ne représentons aucune menace pour qui que ce soit. Nous n’allons tuer personne », a insisté Tim Clark. « Il est vraiment triste que les transporteurs en Europe nous considèrent comme un entrant hostile sur le marché, parce que nous n’allons pas empiéter sur leur activité et en plus, de l’activité, il y en a beaucoup », a estimé de son côté le responsable qatari lors de l’inauguration à l’aéroport de Nice-Côte d’Azur de la nouvelle liaison Doha-Nice. Mais Emirates ne sait pas contenté de se défendre. Tim Clark assure que c’est sa compagnie qui fait face à une "concurrence déloyale ". « Nous espérons ouvrir une troisième liaison quotidienne sur Paris et une autre en province. Si nous ne les obtenons pas, nous chercherons dans d’autres aéroports européens, comme Amsterdam par exemple », glisse pour sa part Jean-Luc Grillet, DG France de la compagnie de Dubaï.