Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Sophie Hocquez : « L’avenir de French bee passe par les Etats-Unis »

Pour L’Echo touristique, Sophie Hocquez, la directrice Marketing et Commercial de French bee revient sur l’été de la seule low-cost long-courrier française.

Pour French bee, l’été avait bien commencé. « Le mois de juin était plutôt bien engagé, confirme Sophie Hocquez, la directrice Marketing et Commerciale de la compagnie, c’était très encourageant. Tahiti notamment avait très bien démarré. » Mais progressivement, la dégradation de la situation sanitaire à La Réunion et à Tahiti « n’a pas permis de faire une saison pleine ».

Et si French bee a ouvert sa ligne vers New York le 14 juillet dernier, les Etats-Unis ne permettent toujours pas aux Européens de visiter leur pays pour le moment, même si la réouverture est en vue. Dans ces conditions French bee aura donc dû se contenter d’un été « relativement satisfaisant ».

Impossible d’avoir des chiffres plus précis. « Nous avions deux vols par semaines, et nous les avons maintenus », explique Sophie Hocquez. Sous-entendant, que même si ce n’était pas la panacée, la compagnie y avait quand même trouvé son compte. Et heureusement, désormais, depuis le démarrage de New York, « le marché répond plutôt bien. Nous sommes contents. Nous avions affaire à un public de voyageurs américains avertis. Le premier qui est reparti en Europe. »

Le « à la carte » proposé par French Bee est un standard aux Etats-Unis. Beaucoup de compagnies américaines ont basé leur business model depuis longtemps sur ce principe. Et sur des vols intérieurs tout aussi longs qu’un transatlantique. Un vol entre Boston et Honolulu est plus long qu’un Paris-New York par exemple.

French bee cinquième au classement Skytrax

« Jusqu’à présent, le marché touché était du loisir affinitaire. Maintenant, je pense que l’on va toucher un autre type de clientèle. Nous attendons encore les modalités pour la date et les conditions d’entrée aux Etats-Unis. Nous avons encore un mois pour nous préparer. Cela nous laisse du temps. Quand les Etats-Unis ont imposé le Travel Ban, nous avions alors une semaine pour nous retourner. »

Par ailleurs, l’ouverture des Etats-Unis, en novembre, va permettre de relancer la ligne Paris Papeete via San Francisco. Une double bonne nouvelle pour French Bee. La compagnie va pouvoir exploiter à nouveau l’intérêt des Français pour la ville de la côte Ouest américaine. Mais aussi l’appétence des Américains pour la Polynésie. « Et nous allons monter en puissance sur NYC. Depuis l’annonce de la réouverture, au niveau des ventes, cela n’a plus rien à voir. Nous voulons très rapidement passer de 3 à 4 fréquences par semaines » sur la capital américaine. « L’avenir de French bee passe par les Etats-Unis. »

Concernant La Réunion, « c’est bien mieux désormais. Les mesures sanitaires s’allègent progressivement sur l’île. » De quoi donner bon espoir à Sophie Hocquez. « Les vacances réunionnaises arrivent dès le 09 octobre et durent jusqu’au 25. Puis ensuite arrivent les vacances en France continentale. La Réunion est en plus une destination de fin d’année, quand c’est l’été là-bas. »

Le cinquième avion de la flotte, un A350-1000 qui arrivera à la fin de l’année, sera d’ailleurs positionné sur La Réunion. « Notre plus vieil appareil à 4 ans », se réjouit la directrice Marketing et Commercial. C’est sans doute en partie ce qui a permis à French bee d’être classée cinquième au classement Skytrax des meilleures compagnies aériennes low cost long-courrier du monde en 2021AC.

A lire aussi :

 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique