Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Quand les hôtels vendent le 5 à 7 sans tabou

Dans les pas de Dayuse, la plate-forme espagnole ByHours part à l'assaut du marché français des hôtels à la journée. Objectif : séduire les couples mais aussi les cadres nomades.

 

Paris à 25 euros. C’est la promesse de ByHours, une start-up née à Barcelone en 2012, qui vient de poser ses valises dans la capitale française. L’entreprise propose des chambres d’hôtels de 2 à 5 étoiles pour 3, 6 ou 12 heures. Un système de "pay per use" fonctionnant le jour et la nuit, sans frais d’annulation. ByHours revendique 150 000 utilisateurs dans le monde, qui ont le choix entre 2 500 hôtels.

Le wifi et le Champagne en options

Pour l'heure, 70 établissements parisiens ont signé, dont le Normandy Hotel, le Best Western premier Opéra Liège et le Kube Hotel Paris. Avec des options systématiquement proposées, comme le petit-déjeuner, le wifi ou la bouteille de Champagne.

Déjà lancée en Italie, la plate-forme espagnole se tourne désormais vers l’international, et cherche à dessein "des investisseurs spécialisés dans le secteur touristique". Ce tour de table, prévu pour le début 2017, vise 6 à 8 millions d’euros.

Qui sont ses clients ? "Les usages sont multiples et la typologie de clients très variée", assure le cofondateur Guillermo Gaspart.

Une diversification pour les hôtels

Les chambres à la journée ne sont pas pas forcément pour des 5 à 7, prévient David Lebée, fondateur de Dayuse, qui est devenu le spécialiste français reconnu des hôtels à la journée. Quels autres consommateurs en profitent ? Des voyageurs d’affaires en transit qui viennent se reposer pendant 2 heures, ou organisent des réunions sur place, répond Dayuse. Certains clients de proximité aiment aussi goûter à la vie de palace en profitant uniquement de la piscine ou du spa. A charge pour les établissements de faire habilement cohabiter les différents profils.

C’est un levier de diversification pour les hôtels français, qui souffrent depuis les attentats, notamment à Paris. Les investisseurs semblent croire au potentiel. La preuve : créé en 2010, Dayuse a bouclé, fin 2015, une levée de fonds de 15 millions d’euros pour s'internationaliser, notamment auprès d'Idinvest Partners et Partech Ventures, mais aussi de ses business angels historiques comme Paul Dubrule (co-fondateur d'AccorHotels), et Charles Petruccelli (ancien président d’American Express Travel). Jacques-Antoine Granjon, PDG-fondateur de Vente-privee.com, compte également parmi les actionnaires.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique