Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Quand le cofondateur de Kayak parie sur les agents de voyages

Lola Travel, c'est l'application du cofondateur de Kayak, pour connecter voyageurs et agents de voyages traditionnels. Un projet inattendu pour ce patron qui n'a longtemps juré que par les agences en ligne !

Mine de rien, Paul English retourne sa veste. Cet entrepreneur du digital a vendu Kayak, pour développer un concept qui remet aujourd’hui les conseillers au cœur du business et de la relation-client. Il s'agit de Lola Travel, un projet pour lequel il a déjà levé 25 millions de dollars. Le principe ? Une application qui met en relation directe voyageurs et vendeurs, à travers un service de messagerie, pour des réservations d'hôtels, de billets d'avion, et d'autres prestations. Il s'agit donc d'une conversation digitale, mais entre humains, afin de valoriser le conseil. A première vue, Lola prend ainsi le contre-pied des messageries robotisées que sont les bots.

L’application a démarré sur l’App Store en 2016, et devrait être déployée courant 2017 sur Google Play, pour les mobiles sous Android. Basée à Boston, la start-up s’adresse aux seuls Américains, mais caresse de grandes ambitions. Loin de se contenter des voyageurs américains, l'entreprise veut s’ouvrir au niveau mondial.

L'IA en complément

Sur le site Internet défile une démo, dont voici quelques captures d’écran.

Paul English ne renonce toutefois pas à l’univers digital, loin s’en faut. S’il insiste fortement sur la valeur des conseillers et leur expertise, il veut aussi s’appuyer sur l’intelligence artificielle (IA). L’idée, c’est d’automatiser les messages et réponses les plus simples. D’ailleurs, la société a embauché Bryan Healey, qui a travaillé sur Amazon Echo et son assistant virtuel Alexa. C’est donc le meilleur des deux mondes que la start-up veut conjuguer, pour débarrasser aussi l’agent de voyages des conseils répétitifs, dénués de valeur ajoutée.

On a testé

Via son site web, nous avons pris facilement contact avec Lola mercredi, ou plutôt Emily, sans préciser que nous étions un média.

A notre question "Quand pensez-vous être disponible en Europe ?", Emily nous a répondu que le service devrait être disponible partout (dans le monde) d'ici l'an prochain. Sa réponse confirme les grandes ambitions de Paul English. A priori, Emily est une conseillère, comme semble l’indiquer la photo. Mais désormais, dans une relation à distance, who knows