Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Promovacances n’est plus le fournisseur d’Opodo

L’agence en ligne européenne d’Amadeus a coupé les ponts technologiques avec son ancienne filiale Promovacances.

 

Opodo ne recourt plus à Karavel-Promovacances comme fournisseur de forfaits. « Nous sommes en connexion directe avec les voyagistes depuis le 1er janvier, précise Petra Friedmann, directrice générale France. Désormais, tout ce que nous proposons est disponible et réservable en temps réel. Avant, ce n’était pas le cas pour l’ensemble des produits. Or le client veut une confirmation immédiate, d’autant qu’il l’obtient pour un vol sec ».  
Offrir des forfaits et séjours en ligne était un objectif majeur, réalisable grâce notamment à la norme XFT. « Nous avons conservé 90% des offres, assure-t-elle. Les TO sont beaucoup mieux équipés qu’autrefois, au niveau technologique. »
Opodo a fait voyager 1,3 million de personnes au départ de la France, et 4 millions dans ses 14 pays d’implantation. Fin 2007, le groupe s’est recentré sur son métier historique de distributeur, en cédant Karavel-Promovacances, qui s’est depuis ouvert aux agences traditionnelles. Les forfaits représentent 15% à 20% de ses ventes globales tricolores.

Opodo a présenté hier les résultats de l’étude annuelle réalisée par Raffour Interactif. Inutile, à priori, de sombrer dans le catastrophisme : 55% des Français comptent plier bagages cette année, alors que 58% étaient effectivement partis l’an passé. 15% ne savent pas encore, alors que 30% de nos compatriotes y renoncent pour l’instant.

Crise oblige, 89% modifient toutefois leurs comportements afin de préserver leurs vacances : les Français partiront davantage en France, au détriment de l’étranger (46%), réduiront leurs dépenses sur place (49%), compareront davantage (64%), et s’y prendront de plus en plus tôt pour profiter de réductions (47%).

Autre tendance, moins réjouissante, à la lumière de ce baromètre mené pour la septième année consécutive : « L’industrie touristique a perdu 2,2 millions de voyageurs en cinq ans », en passant de 32,2 à 30 millions, estime Guy Raffour, fondateur du cabinet éponyme.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique