Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Jean-Baptiste Lemoyne envisage la reprise des croisières avec des « jauges » réduites de passagers

Selon le secrétaire d’Etat au tourisme, le secteur de la croisière devrait pouvoir reprendre la mer depuis la France dans certaines conditions.

Comme chaque semaine, Jean-Baptiste Lemoyne a fait un point presse à l’issue du Comité de filière tourisme sur le coronavirus Covid-19. Le secrétaire d’Etat a notamment répondu à une question sur les croisières. « Nous travaillons avec eux (les acteurs de la croisières, NDLR) sur la possibilité de croisières qui seraient avec des jauges significativement inférieures aux jauges traditionnelles », a-t-il précisé.

Lors d’une réunion la semaine dernière avec les opérateurs du secteur, « la jauge de 500 personnes » a été évoquée pour « redémarrer certains types de croisières ». Le secrétaire d’Etat a ensuite cité la compagnie française Ponant, et ses itinéraires en France prévus depuis Bordeaux. « Une initiative très intéressante », a-t-il souligné.

5 bateaux Ponant pour redécouvrir la France

Ponant, justement, est dans les starting-blocks en vue de la saison estivale. « Nous attendons les autorisations officielles nécessaires au redémarrage de l’activité », nous confirme aujourd’hui son directeur général adjoint Hervé Bellaïche. « En attendant le feu vert des autorités, nous prenons des pré-réservations, ajoute-t-il. Nous espérons pouvoir reprendre la mer le 4 juillet ». Un accord de distribution a d’ailleurs été signé avec le TO Asia.

La programmation été 2020, baptisée « La France est belle de la mer », est déjà prête (via une brochure de 28 pages). Au total, cinq bateaux, qui d’ordinaire parcourent le monde, seront positionnés depuis des ports français : Bordeaux (pour découvrir la Nouvelle-Aquitaine), mais aussi Nice (Corse et Sardaigne), Marseille (Camargue, puis jusqu’à Portofino), Saint-Malo (Bretagne) et Le Havre (Normandie/Bretagne). « Nous conserverons la pleine capacité des bateaux », de 90 ou 120 cabines, ajoute Hervé Bellaïche. Le programme sera adapté avec deux services de restauration à table notamment. « Nous avons mis au point un protocole sanitaire très strict », en collaboration avec le célèbre IHU de Marseille.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique