Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Les voyagistes sortent déçus de l’hiver

La saison d’hiver 2007-2008 n’a pas tenu ses promesses, compromise par un mois de mars atone et quelques destinations en rade. L’été semble heureusement plutôt bien engagé.

Aurait pu mieux faire. Tel est le bilan du baromètre semestriel de l’Association de tour-opérateurs/ Ceto pour la saison d’hiver (1er no-vembre 2007-30 avril 2008). Nous étions très bien partis, constate René-Marc Chikli, président du Ceto. Le mois de mars a malheureusement plombé ces bons résultats. Au final, les TO membres de l’association ont fait voyager 2 984 711 clients (+ 3,5 %) dont 2 040 059 dans le cadre d’un forfait, soit une hausse infime de 0,2 % quand les vols secs (983 652 clients) ont eux progressé de 11,6 %. La part des vols secs dans l’activité des voyagistes du Ceto représente aujourd’hui 31 % des ventes, constate-t-il, contre 24 % en 2004. La preuve que les TO ont appris à réguler et consolider. En terme de volume d’affaires, les résultats de la saison sont un peu plus satisfaisants puisque la recette unitaire moyenne des voyages à forfaits s’élève à 1 017 e (+ 6,1 %), soit au total 2,08 milliards d’euros engrangés (+ 6,3 %), 2,44 milliards (+ 6,9 %) avec les vols secs. Les hausses carburant n’expliquent qu’en partie ce gain de volume d’affaires. On constate en effet que la recette unitaire moyenne augmente dans les mêmes proportions quels que soient les axes, France, moyen-courrier ou long-courrier, signe d’une montée en gamme indéniable.

Le Maroc à la traîne

Reste qu’une fois encore, et c’est maintenant de mise l’hiver, c’est le long-courrier qui a tiré la saison avec des ventes de forfait en hausse de 1,6 % quand le moyen-courrier s’est affiché en recul (- 0,3 %) tout comme la France (- 0,7 %). Principal point noir, le Maroc n’a pas été au rendez-vous. Première destination moyen-courrier avec 225 515 clients, le royaume a chuté de 14,5 % en ventes de forfaits. L’ouverture du ciel marocain a changé la donne et sur le modèle espagnol, on constate un transfert d’activité du marchand vers le non-marchand avec des séjours hors hôtellerie qui se développent. Seule consolation, et preuve que les TO adaptent leur offre et leurs tarifs, les réservations ont repris du poil de la bête en avril, à + 50 %. La bonne nouvelle de l’hiver est venue de l’Egypte qui a retrouvé des couleurs (149 348 clients, +23 %) tandis que la Turquie semble sortie du purgatoire (40 234 clients, +30 %) annonçant une belle saison d’été confirmée par les carnets de commande déjà bien remplis (+ 34% en prises de réservations cumulées de février à avril). En long-courrier, Maurice caracole (56 131 clients, +22 %), tout comme les Etats-Unis et le Canada également très en forme cet été tandis que les Antilles françaises continuent à sombrer et que le Sénégal, pénalisé par les nouvelles taxes mises en place par le gouvernement, recommence à broyer du noir alors que la destination était repartie à la hausse. Autre pays d’Afrique à la peine, le Kenya devrait néanmoins se rattraper dès l’hiver prochain.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique