Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

La tension monte d’un cran entre Qatar Airways et Airbus

Guerre des nerfs entre Airbus et Qatar Airways. Airbus vient d’annuler une commande de 50 A321neo de Qatar Airways. Du jamais vu.

Décision spectaculaire dans l’industrie aéronautique : Airbus a annulé une commande de plusieurs milliards de dollars de Qatar Airways , une escalade entre l’avionneur européen et l’un de ses plus gros clients qui lui reproche des défauts sur ses A350.

Dans cette guerre des nerfs que se livrent l’avionneur et la compagnie qatarie, qui a cloué au sol une partie de sa flotte de gros porteurs A350 en raison d’une dégradation de la surface des fuselages et poursuit Airbus en justice pour obtenir réparation, le constructeur a répliqué en frappant fort.

« Nous confirmons avoir résilié le contrat portant sur 50 A321 avec Qatar Airways, conformément à notre droit », a affirmé à l’AFP un porte-parole d’Airbus, confirmant une information de Bloomberg.

Airbus vs Qatar : une histoire de peinture

Généralement, les annulations de commandes sont le fait des compagnies clientes, quand elles n’ont plus les moyens de financer l’achat ou n’ont plus besoin des avions. Au prix catalogue, pour la dernière fois publié par Airbus en 2018 et quasiment jamais appliqué en raison de rabais, la valeur de cette commande s’élevait à plus de 6 milliards de dollars.

Cette acrimonie entre l’avionneur et la compagnie remonte à l’été dernier. Début août, Qatar Airways annonce avoir reçu l’ordre du régulateur de son pays de maintenir au sol 13 de ses Airbus A350 en raison de la dégradation rapide des surfaces des fuselages.

Actuellement, 21 de ces long-courriers sont immobilisés, selon la compagnie dont la flotte compte 53 A350. Elle doit encore en recevoir 23 exemplaires et a refusé plusieurs livraisons depuis l’été dernier.

Pas de risque selon Airbus

Pour Airbus, qui reconnaît une dégradation de la peinture pouvant exposer un filet métallique intégré -destiné à protéger l’avion en cas de frappe d’éclair sur son fuselage en matériaux composites-, cette situation n’a pas de conséquences sur la sécurité en vol. L’agence européenne de la sécurité aérienne, l’AESA, a confirmé que ces dégradations n’entraînaient pas de risques de navigabilité.

Si ce défaut a été constaté sur certains appareils d’autres compagnies, Qatar Airways est la seule à les interdire de vol, occasionnant un important manque à gagner pour cette spécialiste des vols long-courrier.

Dénonçant une « menace sur les protocoles internationaux de sécurité » aérienne, l’avionneur européen s’est dit prêt en décembre à recourir à un arbitrage indépendant.

Il s’agissait selon Airbus, qui entend « défendre sa position et sa réputation », de « résoudre le contentieux, ce que les deux parties ont été incapables de faire lors des discussions directes et ouvertes », affirmait-il dans un communiqué au ton inhabituellement ferme visant un de ses gros clients, deuxième compagnie du Moyen-Orient après Emirates.

Airbus peut voir venir 

Qatar Airways a préféré porter l’affaire devant la justice britannique. Lors d’une audience jeudi devant la Haute cour de justice de Londres, chaque partie a présenté ses éléments. Qatar Airways a réclamé une indemnisation de 618 millions de dollars, assortie d’une pénalité de 4 millions par jour supplémentaire d’immobilisation de ses A350, selon une source proche du dossier.

Airbus a de son côté fait valoir une clause de défaut à propos du refus de prendre livraison d’A350 supplémentaires pour justifier de l’annulation de la commande d’A321neo.

Ce monocouloir, dont la capacité d’emport de passagers et de rayon d’action n’a pas d’équivalent chez le concurrent américain Boeing, est au cœur de la stratégie d’Airbus et de son succès commercial : l’A321neo a représenté à lui seul en 2021 trois quarts des commandes passées à l’avionneur européen.

Et avec près de 3 400 A321 à livrer, Airbus dispose de plusieurs années de production devant lui. Une nouvelle audience est prévue dans la semaine du 26 avril.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique