Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

La route de la Trace

Quand la jungle pèse comme un couvercle

C’est la route qui relie Fort-de-France au nord de la Martinique et pourtant, la Nationale 3 semble désertée. Sans doute le fait d’être comme enseveli sous un parapluie végétal, celui de la forêt tropicale, donne-t-il cette impression de solitude ! Dans ce Parc régional, les sentiers qui quadrillent les pitons du Carbet offrent autant de promenades écologiques, à la découverte de cette jungle. Avant de franchir le pont de l’Alma, un stop s’impose au Jardin de Balata, qui concentre l’essentiel de la flore de l’île. Plus de 200 espèces d’arbres, d’arbustes, de plantes et de fleurs s’épanouissent ici. C’est par le Morne-Rouge qu’on peut envisager l’ascension de la redoutable montagne Pelée. Volcan en activité, il culmine à 1 397 m et son sommet se trouve le plus souvent dans les brumes. Depuis le parking du premier refuge, il faudra cinq heures de marche pour atteindre le sommet par l’Aileron, et en redescendre. Jonché de pierres volcaniques, le sentier (assez fréquenté) ne présente aucune difficulté pour quelqu’un en bonne santé ! Et les efforts fournis sont vite récompensés par le panorama grandiose, sur la côte Nord et Basse-Pointe. La plantation Leyritz, bâtie à mi-chemin de la mer et de la montagne, est l’une des plus belles de l’île : des chambres d’hôtes ont été aménagées dans les anciens logements des esclaves, rue Case-Nègres. Un rappel douloureux mais essentiel sur l’histoire de la Martinique blessée par des siècles d’esclavage.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique