Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

La Réunion et la Martinique sont reconfinées, avec retour des motifs impérieux

Face à l’envolée des cas de Covid-19, La Réunion et la Martinique entament une période de reconfinement. Le point sur leurs règles respectives, et le retour des motifs impérieux de voyager.

La Martinique : au moins trois semaines

Trois premiers patients hospitalisés en raison du Covid-19 en Martinique, où les services hospitaliers sont saturés, seront transférés samedi vers Paris par un vol médicalisé, a confirmé jeudi à l’AFP le CHU de Fort-de-France.

Sur l’île, le taux d’incidence est passé de 280 cas la semaine dernière à 1035 pour 100.000 habitants, ce qui conduit les autorités à adopter de nouvelles mesures.

A partir de vendredi 30 juillet, un confinement « strict » est instauré de 19h00 à 5h00, pour une durée d’au moins trois semaines. « De 5h00 à 19h00, seuls les déplacements dans un rayon de 10km seront autorisés, au-delà, un justificatif sera exigé », indique le ministère des outre-mer.

La Réunion : deux semaines

Victime du variant Delta, La Réunion renoue pour sa part avec un confinement partiel « strict » en journée à compter de samedi 31 juillet, pour deux semaines. De 5h00 à 18h00, seuls les déplacements dans un rayon de 10km en semaine et 5km le dimanche sont autorisés, au-delà un justificatif est exigé.

Par ailleurs, un couvre-feu est décrété de 18h00 à 5h00, une première depuis le confinement du printemps 2020.

Sur l’île, le taux d’incidence atteint 350 cas pour 100.000 habitants.

 

Retour des motifs impérieux pour les non-vaccinés

S’agissant des déplacements entre la Guadeloupe, Saint Barthélémy, Saint-Martin et l’Hexagone, les motifs impérieux redeviennent obligatoires pour les voyageurs non-vaccinés, indique le ministère des Outre-mer. De plus, l’obligation d’auto-isolement de 7 jours reste en vigueur dans les deux sens. Pour mémoire, les trajets entre la Martinique et l’Hexagone étaient déjà soumis à ces principes depuis le 21 juillet.

« La dérogation aux motifs impérieux accordée aux parents vaccinés s’applique également à leurs enfants mineurs accompagnant. Un test PCR négatif de moins de 72h ou antigénique de moins de 48h continuera à être exigé à destination de ces territoires », ajoute le ministère.

Depuis mercredi, la Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélemy sont en état d’urgence sanitaire. La Réunion et la Martinique l’étaient déjà depuis le 13 juillet. Les îles sont en général faiblement vaccinées, déplore le gouvernement.

A lire aussiVoyages entre Martinique et Guadeloupe : retour des motifs impérieux pour les non-vaccinés

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique