Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Financière Cambon accompagne 5 cessions d’entreprise

Fin décembre 2013, la société de conseil gérait cinq opérations de cession dans le tourisme, qui devraient être finalisées en 2014.

"Nous devrions boucler deux opérations dans le tourisme au premier trimestre, et les trois autres au deuxième", explique Morgann Lesné, directeur exécutif de la société de conseil en financement Financière Cambon. Autant de transactions de quelques millions d'euros chacune. Les cinq entreprises en question réalisent un chiffre d’affaires compris entre 5 et 100 millions d’euros, précise-t-il.

"Le voyage est un secteur dans lequel nous sommes en train de nous spécialiser". Une filiale couvrant notamment ce secteur est d’ailleurs dans les cartons.

Sans statut de banque

Financière Cambon n’a pas le statut de banque, mais se positionne comme une société de conseil auprès de PME françaises en croissance, pour les aider dans des opérations de cession, d'acquisitions, ou des levées de fonds.

L’entreprise a mené 20 transactions en 2013, dont une seule dans le voyage, celle concernant Travelsoft/Orchestra. Au cours des années précédentes, Financière Cambon a accompagné Egencia (Expedia) lors de l’acquisition de Traveldoo, Easyvoyage dans ses LBO et deux de ses acquisitions, 3mundi pour sa levée de fonds.

Retour sur Orchestra

"Nous constatons que les leaders nationaux ont du mal à s’internationaliser, mais aussi à être délogés de leur position stratégique en France, quel que soit le secteur. C’est par exemple le cas d’Easyvoyage dans le tourisme".

S’agissant d’Orchestra, son prochain enjeu est justement l’international, rappelle Morgann Lesné, avant de revenir sur son achat avorté par Amadeus, l’an passé : "Amadeus était un acquéreur potentiel de qualité. Christrian Sabbagh (Pdg d'Orchestra) aurait pu lui vendre ses titres à une valorisation très correcte".

Ou presque : "Amadeus a appliqué un multiple dans le bas de la fourchette, alors qu’Orchestra est en développement, notamment à l’étranger". Normalement, afin de calculer le prix d'achat, il faut multiplier par 8 à 17 fois le résultat brut d’exploitation (Ebitda), précise-t-il.

"Finalement, nous avons fait une opération financière à la même valeur que celle proposée par Amadeus".

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique