Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Exclusif : Oliver de Nicola en négociation pour la reprise de La Compagnie Internationale de Croisières

Rémy Arca, PDG du TO spécialiste des croisières maritimes, est entré en négociation avec l’ex-président du directoire de Thomas Cook et de Fram.

Ancien patron de Vacances Fabuleuses -cédé à Kuoni en 2003- et PDG de la Compagnie International de Croisières (CIC) qu’il a fondée il y a 15 ans, Rémy Arca est une personnalité connue et appréciée du secteur du tour-operating en France. Âgé de 77 ans, il aspire à prendre un peu de recul et vient à dessein d’entrer en négociation avec Olivier de Nicola pour lui céder sa société spécialiste des croisières maritimes.

Olivier de Nicola n’est également pas un inconnu puisqu’il fut directeur marketing d’Asia et, surtout, président du directoire de Thomas Cook France de 2005 à 2007, puis président du directoire de Fram en 2011 et 2012. Ce diplômé d’HEC a depuis conservé un pied dans le tourisme en devenant actionnaire en 2011 du réceptif Come to Paris, et en reprenant en 2014 l’agence niçoise Contraste Voyages, qui s’est développée dans le tourisme d’affaires avec la création de Contrastes Corporate (via un rapprochement avec Terre Events). L’acquisition de la Compagnie International de Croisières lui permettrait de revenir par la grande porte dans le BtoB avec une marque spécialiste bénéficiant d’une bonne notoriété, sur un segment maritime en plein boom depuis maintenant une vingtaine d’années.

Une activité cyclique liée aux opérations avec le Queen Mary 2

Au travers de son site et de sa brochure Un Océan de Croisières, CIC distribue en effet dans le réseau une quinzaine de compagnies de croisières, majoritairement anglo-saxonnes (Cunard, Holland America, Crystal, Silversea, NCL, Regent, Oceania…) pour un chiffre d’affaires de 15M€ en 2017 et « un résultat net sympathique » (619 000€ déclarés sur Infogreffe, Ndlr), nous confie Rémy Arca. Cet exercice a en effet été marqué par deux grosses opérations réalisées avec le Queen Mary 2 de Cunard : une transatlantique Le Havre-New York à l’occasion du 500ème anniversaire du port havrais et The Bridge, une course contre quatre multicoques géants. « 2018 sera également positif mais sans excès en l’absence de ce type d’évènements. 2019 s’annonce également comme une bonne année car une nouvelle transatlantique est prévue le 27 septembre au départ du Havre sur laquelle nous avons déjà réalisé 246 clients sur un objectif minimal de 700 croisiéristes français », ajoute-t-il.

« Rien n’est encore signé mais si nous parvenons à conclure ce deal, je céderai évidemment la présidence de CIC , précise le PDG. J’essaye de conclure un accord intelligent avec Olivier de Nicola pour préserver mon équipe d’une quinzaine de salariés et pour pérenniser l’avenir de CIC ». Il continuera d’ailleurs à accompagner dans la mesure du possible le développement du voyagiste qu’il a créé, entrepreneur visionnaire à l’époque sur la croissance du marché de la croisière en France. Un succès qu’il partage depuis toujours avec Viviane Richer, directrice générale de CIC, et Corinne Renard, sa directrice commerciale.

Joint par téléphone, Olivier de Nicola nous a confirmé que « les choses n’étaient pas faites » et n’a pas souhaité s’exprimer plus avant sur le sujet. « Je regarde beaucoup de choses et j’échange avec beaucoup de monde dans le tourisme », nous a-t-il précisé. A suivre…