Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

En 2018, la concurrence a ralenti Air Tahiti Nui

La compagnie aérienne polynésienne dévoile des résultats 2018 mitigés, imputés à l’ouverture à la concurrence.

Air Tahiti Nui a perdu des parts de marché suite à l’arrivée de deux compagnies aériennes concurrentes (French bee et United Airlines) : en 2018, la compagnie aérienne fondée en 1996 sous l’impulsion de Gaston Flosse a enregistré un chiffre d’affaires d’environ 286 millions d’euros (-4%). La baisse est aussi sensible au niveau du trafic, puisque 471 542 personnes (-3%) ont voyagé avec Air Tahiti Nui l’année dernière.

Pour Michel Monvoisin, le président directeur général de la compagnie, ces contre-performances sont avant tout dues à l’ouverture à la concurrence du ciel polynésien. En effet, French bee et United Airlines desservent désormais l’archipel paradisiaque depuis la France ou les Etats-Unis, provoquant une hausse de capacités de l’ordre de 40% sur une année pleine, selon Michel Monvoison.

Un exercice 2019 qui sera compliqué

« Notre compagnie a […] dû s’adapter à un environnement aéronautique en pleine mutation […]. Ce nouveau contexte concurrentiel hors-norme […] a logiquement déclenché une guerre des prix, générant une tension forte sur les recettes unitaires. Cette situation s’est doublée d’une forte hausse du prix du carburant non répercutée sur le prix des billets d’avion », analyse le dirigeant. Pour autant, Air Tahiti Nui demeure leader sur ces axes, en s’octroyant 57,8% du trafic international de l’année. En 2018, 667 902 passagers (+10,5%) au départ et à destination de la Polynésie française ont été enregistrés.

Selon Michel Monvoisin, la compagnie a entamé sa « mutation » en 2018, pour mieux préparer 2019, « une année de transition ». En effet, Air Tahiti Nui a commencé à passer l’ensemble de sa flotte sous enseigne Boeing. La compagnie a déjà reçu un Boeing 787-9 Dreamliner et prendra livraison de trois autres modèles d’ici à la fin de l’année, tout en se délestant de deux A340-300. De plus, Air Tahiti Nui va revoir sa méthode comptable (en provisionnant plus pour les réparations de la nouvelle flotte). Ces deux événements impacteront les comptes de la compagnie, qui devra faire des économies en réduisant ses coûts de structure. « Un effort important […] pour faire face à la concurrence et rendre la compagnie encore plus compétitive », conclut Michel Monvoisin.

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique