Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Distrib’air

Alors que le consommateur devrait commencer à se demander pourquoi le prix de son plein d'essence baisse à la pompe et pas les tarifs de ses billets d'avion – mais peut-être cherchera-t-il un jour, par exemple dans le cadre d'une action de groupe, à entrer dans les subtilités d'une taxe « YQ » qui ne compense qu'à la hausse – le sujet qui occupe actuellement le sec

Sous cet acronyme se cache la New Distribution Capability (nouvelle capacité de distribution), technologie mise en place par IATA devant permettre aux compagnies aériennes d'optimiser leur distribution et aux consommateurs d'être en capacité de benchmarker ces dernières, notamment sur les produits facultatifs. Le déploiement de ces normes techniques communes à l'ensemble de l'écosystème devrait ainsi permettre une transparence de l'expérience d'achat, nous dit-on (lire notre dossier).

Ce qui est aussi en jeu au travers de la NDC, ce sont les revenus additionnels, nouveau levier des compagnies pour sauter la barre de la rentabilité, de même que les données clients. Et là, ce n'est plus du tout la même histoire ! Passe encore que les GDS acceptent, après de longues réticences, à s'ouvrir à ce nouveau schéma de distribution qui peut leur offrir de nouveaux développements, mais qui va être prêt à lâcher ses données clients ? Certainement pas les agences de voyages car si elles ont encore un trésor de guerre, c'est bien celui-là.

À l'heure où le Big Data est sur toutes les lèvres, difficile de croire que l'enjeu ne réside, pour IATA et les compagnies aériennes, dans l'exploitation des informations qui profilent les voyageurs. Si tel n'était effectivement pas le cas, alors nous serions devant une pure aberration stratégique qui n'irait vraiment pas dans le sens de l'histoire.

%%HORSTEXTE:1%%

 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique