Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Croisières : Clia et Dubrovnik signent un accord pour protéger la ville

L’association qui fédère les acteurs de la croisière et la ville croate veulent adopter une gestion responsable de l’activité touristique.

Dubrovnik et sa citadelle font partie, comme Venise ou Amsterdam, des destinations menacées par le tourisme de masse. Sont notamment ciblés les quelque 400 bateaux de croisières qui font escale dans la « perle » de l’Adriatique chaque année. Pour contenir cette expansion, et face à la grogne de certains habitants, la mairie de Dubrovnik vient de signer un protocole d’accord avec Cruise Lines International Association (Clia) avec un objectif affiché : « faire de Dubrovnik un modèle du tourisme durable ».

Signé par Kelly Craighead, PDG de CLIA, et Mato Franković, maire de la ville de Dubrovnik, ce protocole met l’accent sur l’investissement, la collaboration et l’adoption de meilleures pratiques en matière de gestion à long terme du tourisme au profit des résidents et des visiteurs. Des décisions immédiates ont déjà été prises. Les signataires s’engagent notamment à mobiliser les différentes parties prenantes (y compris la communauté locale), en créant un groupe de travail spécialisé.

Un futur port intermodal ?

L’administration touristique de Dubrovnik va élaborer une charte en adéquation avec les critères de tourisme responsable et durable, définis par les Nations Unies, est-il précisé. La mise en œuvre d’une politique d’accostage des paquebots de croisières, déjà élaborée auparavant, devra être effective pour 2020. Enfin, Clia et Dubrovnik ont conçu une campagne de sensibilisation et d’éducation des visiteurs, appelée « Respect the City ».

D’autres projets sont déjà envisagés dans le cadre de ce partenariat. La cité croate et Clia étudient par exemple la possibilité de créer un centre d’accueil des visiteurs pour la sauvegarde du Patrimoine mondial de Dubrovnik ainsi qu’un centre d’intermodalité des transports dans le port de Gruž. Cet accord suffira-t-il à calmer la population locale, échaudée par le tourisme de masse ?

En 2017, la ville avait déjà signé un accord avec les compagnies de croisières, limitant le nombre de visiteurs à 4000 simultanément dans la vieille ville. Interdiction de la musique après 23h30, voire autorisation de circulation pour les seuls taxis électriques d’ici à 2020 : de nombreuses mesures sont prises ou envisagées par la mairie pour maîtriser l’activité touristique, qui demeure la principale source de revenus de la ville.

A lire aussi :

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique