Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

BTTG : les agences Tourcom et Manor tiennent à leur indépendance

Si les adhérents de Manor et TourCom se félicitent en majorité de la création du GIE commun qui devrait leur conférer une force d’achats appréciable en voyage d’affaires, tous insistent sur leur volonté de garder une gestion indépendante.

Ensemble, mais chacun chez soi. C’est un peu le sentiment partagé chez les adhérents TourCom et Manor interrogés sur la création du GIE BTTG (Business and Tourism Travel Group), un rapprochement qui doit leur permettre de bénéficier de nouvelles synergies porteuses. « « L’Union fait la force », se réjouit Adeline Fiani à la tête de KTS Voyages. « Alors que les fournisseurs nous court-circuitent de plus en plus, nous coupent l’herbe sous le pied, nous aurons une meilleure puissance d’achat, un pouvoir de lobbying et une crédibilité face à d’autres acteurs puissants en voyage d’affaires. Nous ferons le poids grâce à cette structure commune qui nous fournira de meilleurs outils et un levier de communication accru ». Même sentiment chez Allées et venues mais avec un sacré bémol. L’agence située dans le 7eme arrondissement et qui réalise la plus grande partie de son volume d’affaires dans le business travel a quitté TourCom il y a 6 ans pour rejoindre Manor. « S’il s’agit de disposer d’une meilleure force d’achats, cela nous convient mais à la condition que la gestion des deux réseaux reste séparée et limpide. On en a soupé des pratiques opaques et confuses de TourCom que nous avons quitté pour cette raison ».  

Pas question de mélanger les genres, ni les marques, sur l'autel du pouvoir d'achat : « Ce que j’aime dans TourCom, c’est la grande liberté qu’il nous laisse dans la gestion de nos affaires, explique Isabelle Michaud, chef de l'’agence Antony M’Voyages (92). Chacun doit donc garder son identité. »

« Il y a une mise en commun des moyens, mais chacun doit rester chez soi », renchérit Bertrand Billerey. Le gérant de Fab Travel/TourCom à Troyes (10) se montre enthousiaste : « Nous allons pouvoir mutualiser nos technologies et mieux négocier avec des compagnies aériennes, qui entretiennent un certain rapport de force. L’intérêt est plus dans le voyage d’affaires. » Jean Dionnet, président de Tourism Invest/Voyages Masson, en a le même pressentiment : « L’accord va sans doute plus créer un levier dans le voyage d’affaires. Mais il faudrait que le réseau nous le détaille, pour qu’il soit plus lisible aux yeux des adhérents. J’ai du mal à anticiper les retombées possibles pour une agence comme la mienne, qui fait 85% de sa volumétrie dans le loisir. » Une remarque qu'un grand nombre d’agences semblent se poser. Aux directions des nouveaux fiancés de l'entendre, pour le meilleur.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique