Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Au Japon, la préfecture d’Okayama – Bienvenue au « pays du soleil » !

Dans la région de Chūgoku, au sud-ouest de Honshu, l’île principale du Japon, la préfecture d’Okayama bénéficie de plus de 270 jours d’ensoleillement par an, d’où son surnom de « pays du soleil ».

Située entre les destinations japonaises les plus prisées par les touristes – Kyoto, Osaka et Hiroshima -, la préfecture d’Okayama rivalise d’attraits d’une étonnante diversité. Entre patrimoine historique, trésors artistiques, traditions culturelles, escapades et activités dans la nature en toute saison et spécialités gastronomiques, elle révèle une large palette d’expériences idéales pour séduire tous les profils de vos clients.

Okayama, la capitale de la préfecture éponyme, se dévoile dans la région de Setouchi. Réputée pour son château et ses jardins, elle est accessible en un peu plus de 3 heures de Tokyo, 1 heure de Kyoto et 35 minutes de Hiroshima en prenant la ligne à grande vitesse Shinkansen Tōkaidō, mais aussi en empruntant d’autres trains avec un Japan Rail Pass.

À découvrir, à faire à Okayama

Hayashibara Art Museum : dans la zone des douves intérieures du château, le musée d’art Hayashibara expose une collection de plus de 9 000 pièces, entre épées, armures, poteries, costumes et masques nô, meubles, peintures, calligraphies et laques.

Info + La collection comprend trois trésors nationaux et 26 chefs-d’œuvre classés comme « biens culturels importants » au Japon.

©Toshiko Sakurai

 

Okayama Tenjinyama Culture Plaza : à côté du jardin Kōrakuen et du château, il abrite cinq galeries, une bibliothèque, une salle de 270 places, cinq salles de répétition et un centre d’information culturelle où l’on peut découvrir les œuvres d’art exposées.

Info + Conçu par Kunio Maekawa, un porte-étendard de l’architecture moderne japonaise, le bâtiment soutient un large éventail d’activités culturelles locales.

Art contemporain : ne pas manquer la tour emblématique de la ville transformée en œuvre d’art par l’artiste britannique Liam Gillick, l’œuvre « How to Work Better » de Peter Fischli et David Weiss peinte sur le côté d’un bâtiment, l’installation de l’artiste américain Dan Graham devant le sanctuaire d’Okayama…

L’ancienne résidence des samouraïs du clan Ashimori : elle appartenait à la famille Sugihara et a été donnée à la ville d’Okayama en 1973. Conservée pratiquement dans son état d’origine, elle possède une grande valeur historique et permet de comprendre le mode de vie à l’époque Edo (XVIIe – XIXe siècle). En 1956, elle a été désignée comme un « bien culturel important » par la préfecture d’Okayama.

Info + L’entrée est gratuite, du mardi au dimanche de 9h30 à 16h30. Fermé le lundi et le lendemain des fêtes nationales.

Omizu-en : c’était le jardin du clan Kinoshita au début du XVIIIe siècle. Aujourd’hui, à Ashimori, quartier à l’ouest d’Okayama, c’est un bucolique lieu de promenade. On y trouve un étang alimenté en eau par la rivière Ashimori et agrémenté de deux îles, l’une en forme de grue et l’autre de tortue, deux animaux qui symbolisent la longévité.

Info + L’entrée est gratuite, du mardi au dimanche de 9h30 à 16h30. Fermé le lundi et le lendemain des fêtes nationales.

Fukuoka Soy Sauce Gallery : ce bâtiment historique de l’ère Meiji, qui était une fabrique de sauce de soja, a été transformé en un établissement culturel pour promouvoir la culture locale.

Info + Proposée par le collectif artistique TeamLab, une exposition intitulée « Tea Time in the Soy Sauce Storehouse » s’y tient jusqu’en mars 2022.

Urashima Honpo : il s’agit d’une confiserie traditionnelle fondée il y a plus de 80 ans par la famille Miyake. Outre les sucreries (bonbons, biscuits…), elle offre également à ses clients la possibilité de s’initier à la fabrication de certaines des sucreries japonaises typiques dans un atelier.

Info + On peut aussi y apprendre à réaliser une cérémonie du thé.

 

©Toshiko Sakurai

 

A&A Jonathan Hasegawa : imaginé dans le cadre d’une collaboration entre l’artiste Jonathan Monk travaillant à Berlin et l’architecte japonais Go Hasegawa, c’est un hôtel au design qui s’inspire en partie de la maison qui s’y trouvait jadis en fusionnant tradition et créativité. La partie supérieure donne sur le célèbre jardin Korakuen.

Info + L’établissement fait partie du projet A&A dans le cadre duquel des artistes contemporains de renommée mondiale et des architectes japonais unissent leurs forces pour développer des installations d’hébergement autour des zones historiques et culturelles de la ville d’Okayama.

A&A Liam Fuji : le concept de cet hôtel, conçu par l’artiste Liam Gillick et Mount Fuji Architects, repose sur les recherches du scientifique Syukuro Manabe, lauréat du prix Nobel de physique 2021. L’équation de Manabe se trouve sur les murs extérieurs et dans les chambres. Sa conception globale, fondée sur la science, l’art et l’architecture, met l’accent sur les préoccupations liées au changement climatique.

Info + L’établissement est une œuvre d’art interactive où des parcours complexes et labyrinthiques sont pensés pour que les clients réfléchissent et interagissent avec la structure.

Pour une excursion dans la préfecture d’Okayama

Oumi no Sato : dans la région de Toyoshi, cette exploitation agricole est réputée, entre autres, pour sa production de pêches blanches Shimizu Hakuto. Elle propose également un hébergement authentique dans une maison traditionnelle entourée d’un jardin ainsi que des expériences de cérémonie du thé et de confection de sushis. Ici, les enfants peuvent également « jouer » avec des chèvres et des lapins.

Info + En 2018, l’agricultrice Satomi Sadayo a décidé d’ouvrir avec sa fille Keiko un café sur le site et les visiteurs peuvent y déguster des fruits et légumes de saison.

©Toshiko Sakurai

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique