Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Okinawa, le Japon subtropical : Une destination singulière aux multiples facettes

Située à l’extrême sud-ouest du Japon, la préfecture d’Okinawa est composée de 160 îles paradisiaques où la température moyenne annuelle avoisine les 23 degrés. Grâce à son climat subtropical agréable toute l’année, Okinawa peut se vanter de posséder une nature préservée aux paysages variés et colorés : plages de sable blanc et eaux turquoise, forêts tropicales, cascades… Okinawa est un concentré d’expériences authentiques, entre patrimoine historique et culturel, incroyable biodiversité marine et terrestre, festivals et évènements hauts en couleur et une gastronomie riche et variée.

Okinawa est facilement accessible en avion depuis les grandes villes japonaises mais aussi au départ de nombreuses villes d’Asie de l’Est (Taipei, Shanghai, Pékin, Séoul, Hong Kong). Toutefois, ces liaisons sont actuellement soumises aux restrictions liées à la crise sanitaire.

Plusieurs itinéraires en avion ou en ferry sont disponibles pour voyager d’île en île depuis Naha, capitale préfectorale.

La préfecture d’Okinawa se compose d’une île principale (Okinawa), étroite bande de terre de 135 km de long, qui abrite 90 % de sa population (1,45 million d’habitants au total) ; des îles Kerama (parc national) dont les eaux cristallines abritent des coraux et des baleines à bosse ; les îles Yaeyama qui dévoilent une nature luxuriante et une culture unique ; les îles Miyako qui sont réputées pour leurs magnifiques plages et pour le tissu fabriqué à base de Miyako Jofu; et l’île de Kume (parc naturel préfectoral) qui se caractérise par ses plages de sable blanc. Autant de terres idylliques où l’on peut faire de nombreuses découvertes et activités et qui disposent de plus de 1 500 établissements hôteliers, des hôtels de chaînes internationales aux hébergements traditionnels.

Un lieu chargé d’histoire

Au XVe siècle, Okinawa était un royaume indépendant – le royaume de Ryukyu – qui avait sa capitale au château de Shuri situé à Naha (anciennement appelée Shuri). Pendant près de 450 ans, jusqu’à l’instauration de la préfecture d’Okinawa en 1879 par le gouvernement central japonais, il entretient de fructueuses relations commerciales avec ses proches voisins en Asie et développe sa propre culture. Puis, après la Seconde Guerre mondiale et la bataille d’Okinawa du 1er avril au 22 juin 1945, la préfecture est placée sous tutelle américaine avant de revenir au Japon le 5 mai 1972.

À ne pas manquer : la visite du parc du château de Shuri (le château, détruit par un incendie le 31 octobre 2019, est actuellement en reconstruction). Il se trouve dans la ville de Naha, sur l’île principale de l’archipel d’Okinawa. Pendant près de cinq siècles, le château de Shuri a été le centre politique, économique et culturel du royaume des Ryukyu.

Le saviez-vous ? Neuf « sites Gusuku et biens associés du royaume de Ryukyu » ont été inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco en 2000, dont des vestiges de châteaux, des sites sacrés, un jardin…

©OCVB – Shurijo Castle Park

Un patrimoine artistique et culturel d’exception

Depuis l’époque du royaume de Ryukyu, Okinawa s’est forgée une culture unique toujours vivace. Dans toutes les régions de la préfecture, les arts du spectacle font partie intégrante de la vie des habitants comme la danse de Ryukyu, le Kumiodori, expression théâtrale et musicale inscrite au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’Unesco, la musique et la chanson accompagnées d’un instrument à cordes pincées typique d’Okinawa (le Sanshin), l’Eisa, danse rythmée par des tambours…

À ne pas manquer : l’artisanat qui s’exprime au travers de la poterie, la laque, la teinture, la verrerie et du textile. Des ateliers d’initiation proposent aux visiteurs de confectionner des objets en guise de souvenirs.

Le saviez-vous ? Okinawa est le « berceau du karaté », l’un des principaux arts martiaux du Japon. Il trouve son origine dans les techniques d’autodéfense enseignées à l’aristocratie guerrière du royaume de Ryukyu. Au sud de Naha, à Tomigusuku, l’Okinawa Karate Hall permet d’appréhender toutes les subtilités de cet art.

© OCVB – Festival Eisa d’Okinawa

Une cuisine saine source de longévité

À Okinawa, la nourriture est considérée comme un « kusuimun », c’est-à-dire un remède. Il s’agit donc d’une alimentation équilibrée et savoureuse qui permet de bâtir un corps sain. Pour une expérience culinaire typique, la dégustation d’un soba d’Okinawa est un MUST. Cette soupe composée de nouilles de blé est servie dans un bouillon à base de porc et de bonite. Accompagnez votre repas d’awamori, le plus vieil alcool distillé du Japon, dont la production est restée presque identique depuis 500 ans. Originaire d’Okinawa, savourez son goût distinctif et représentatif de l’archipel : près de 47 distilleries produisent ce saké authentique.

© Soba d’Okinawa (Shutterstock)

À ne pas manquer : l’awamori (à base de riz). La saveur et l’arôme de cet alcool se marient parfaitement bien avec la gastronomie locale.

Le saviez-vous ? La préfecture d’Okinawa est l’une des cinq « zones bleues » au monde, ces régions où les habitants vivent particulièrement longtemps en bonne santé… grâce, entre autres, à leur régime alimentaire.

Un large choix d’expériences « nature »

Bénéficiant d’un climat subtropical, Okinawa révèle un environnement naturel aussi diversifié qu’attractif. La préfecture dispose d’une extraordinaire biodiversité avec trois parcs nationaux – parc national d’Iriomote-Ishigaki dans l’archipel Yaeyama, parc national de Yanbaru sur l’île principale d’Okinawa, parc national des îles Kerama -, la plus grande forêt subtropicale du Japon, la plus importante mangrove du pays… Qualifiées de « Galapagos de l’Orient », les îles d’Okinawa s’inscrivent ainsi comme une destination privilégiée pour s’adonner à de multiples activités et vivre des aventures « douces » en toute sérénité. Au programme : randonnée pédestre, circuit écotouristique, kayak au fil des rivières au milieu de la mangrove, observation des baleines à bosse (de janvier à mars au large des côtes de l’île de Zamami – îles Kerama), observation du ciel étoilé (84 des 88 constellations observables sont visibles depuis le parc national d’Iriomote-Ishigaki), exploration de cavernes et grottes karstiques, plongée sous-marine…

© OCVB – Photographie sous-marine

À ne pas manquer : l’observation d’une flore et faune d’une rare diversité, dont des espèces endémiques tels que le chat sauvage d’Iriomote, le râle d’Okinawa, le cerf de Kerama ou le plus grand coléoptère du Japon.

Le saviez-vous ? Les îles d’Okinawa, spot incontournable pour la plongée sous-marine et le snorkeling, sont entourées par l’un des plus beaux récifs coralliens au monde avec environ 250 espèces différentes de coraux. Elles sont bordées d’eaux translucides où l’on peut voir évoluer une pléiade de poissons exotiques, raies, tortues ou requins-marteaux et explorer des grottes, des ruines sous-marines.

Pour plus de renseignements sur Okinawa, contactez Clarice Lasemillante ou Marine Kerhervé – okinawa@interfacetourism.com

Site internet (en français) 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique