Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Cyclone Emnati : La Réunion passe en alerte rouge

L’alerte cyclonique rouge est en vigueur à partir de 21h dimanche à La Réunion où les habitants sont appelés à se confiner à l’approche d’un nouveau cyclone.

« Chacun doit se confiner dès 21h (18h en métropole) et jusqu’à nouvel ordre » et se « regrouper dans la pièce la plus protégée avec tous les éléments de première nécessité », a déclaré le préfet Jacques Billant lors d’un point de situation en milieu d’après-midi.

Les communes ont ouvert des centres d’hébergement d’urgence et « personne ne doit rester dehors ce (dimanche) soir », a insisté le représentant de l’Etat qui anticipe des conditions de circulation « particulièrement dangereuses, notamment au petit jour ».

Principal axe de circulation dans le nord-ouest de l’île, la route du littoral a été fermée dans un sens et pourrait l’être complètement à 21h00.

Vols reportés

Les vols prévus lundi matin ont été reportés et tous les établissements scolaires seront fermés pour la journée lundi.

Des 3.000 foyers privés d’électricité dimanche matin, encore 1.500 l’étaient dans l’après-midi, les services d’EDF étant sur le terrain pour les rétablir, a indiqué le préfet.

« Emnati continue de se renforcer », a précisé le directeur local de Météo-France Emmanuel Cloppet. Si le cyclone restera « à une distance supérieure à 300 km » au nord des côtes, il « va entraîner une dégradation significative des conditions météorologiques » avec des vents forts attendus jusqu’à 120 km/h sur le littoral et 140 km/h à l’intérieur de l’île dans la nuit, a ajouté le météorologue.

Environ 400 mm de pluie sont déjà tombés au cours des 24 dernières heures, a-t-il indiqué, des précipitations « certes inférieures à celles de Batsirai mais significatives ».

Début février, le passage de ce précédent cyclone à proximité de l’île a provoqué d’énormes dégâts, estimés à 47 millions d’euros pour les seules exploitations agricoles, avant de frapper dramatiquement Madagascar où 120 personnes sont mortes.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique