Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Air France affaiblit la loi sur le service garanti votée aujourd’hui avec des plannings stables

La compagnie a signé un accord avec les pilotes. Elle devra désormais obtenir leur accord individuel si elle souhaite les réaffecter, notamment en cas de grève.

La direction et le principal syndicat de pilotes d'Air France, le SNPL, ont conclu un accord garantissant "des plannings stables" pour les pilotes, quelles que soient les circonstances, et ce, "sans exception".

Cela signifie qu’en période de grève, la compagnie ne pourra plus réaffecter tous les pilotes en congés et non déclarés comme grévistes, "et les transformer en briseurs de grève" selon le SNPL. Air France devra obtenir, au cas par cas, l’"accord" de chaque pilote "concerné".

Pour le quotidien Libération, cet accord "torpille en partie la loi sur le service garanti dans le transport aérien" qui doit être votée définitivement à l’Assemblée nationale ce 29 février. Elle avait déjà été adoptée par l'Assemblée mais rejetée par le Sénat, où la gauche dispose de la majorité.

Air France a rejeté tout "début de polémique sur cette question d'organisation strictement interne à la compagnie" tout en reconnaissant que cet accord avait pour but de "désamorcer un contentieux avec la population des pilotes".

Le gouvernement, par la voix du ministre des Transports Thierry Mariani, estime que cet accord ne change strictement rien et que "l'objectif de la loi, c'est l'information du passager et la garantie du service".

La proposition de loi du député UMP Eric Diard impose notamment aux grévistes du secteur aérien de se déclarer individuellement 48 heures à l'avance, et aux compagnies de communiquer des prévisions de trafic 24 heures à l’avance.

 

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique