Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Chômage longue durée (APLD) : comment agences et voyagistes comptent le déployer

A quelle échéance et sur quel périmètre les entreprises du voyage vont-elles mettre en place l’Activité partielle de longue durée (APLD) ? Nous avons posé la question à plus de 550 professionnels du voyage.

Quand ?

A la question « Quand prévoyez-vous de mettre en place l’APLD ? », 53% des répondants se positionnent sur le mois de juillet, selon le sondage réalisé lors du récent webinaire L’Echo touristique/EdV. Juin (13%) est la deuxième option préférée, devant mai (4%). Près d’un tiers des professionnels interrogés n’ont toutefois pas tranché, ce qui peut facilement se justifier. Le calendrier retenu dépendra du niveau de reprise de l’activité, et de la fin de la prise en charge de l’activité partielle à 100% par l’Etat. Pour l’heure, selon les Entreprises du Voyage (EdV), cette indemnisation totale court jusqu’à la fin du mois de juin. Reste une inconnue : l’ajout ou non d’un critère d’éligibilité, qui consisterait en la perte d’au moins 80% de son chiffre d’affaires.

Sur quel périmètre ?

72% estiment que l’APLD sera mise en place sur l’ensemble du personnel de l’entreprise, 11% sur une partie seulement. 17% des personnes interrogées ont répondu qu’elles ne savaient pas.

Restructurer avant ?

Avant la future mise en place de l’APLD, votre entreprise procède-t-elle cette année à une restructuration et/ou à une réorganisation avec suppression de postes ? A cette question posée dans le cadre de notre sondage, une majorité relative (44%) des participants répondent « non ». Pour 28% des pros, la restructuration et/ou la réorganisation a déjà été effectuée. Enfin,15% pensent qu’elle aura lieu « très prochainement ».

« Si la situation s’aggrave fortement, même les employés mis en APLD peuvent faire l’objet d’une restructuration », souligne Me Marie-Laure Tarragano, avocate en droit social, qui a rédigé l’accord de branche APLD. Il faudra cependant privilégier des départs volontaires. « Les licenciements économiques devront alors constituer l’ultime recours mais seront néanmoins possibles si les perspectives d’activité se sont dégradées par rapport à celles prévues dans l’accord collectif ou le document unilatéral de l’employeur », précise-t-elle.

Avec quel accord ?

81% des professionnels comptent utiliser l’accord de branche des EdV. Seulement 4% envisagent de négocier en interne un accord d’entreprise. 10% ne savent pas, alors que 6% ne sont pas concernés par la question.

Le webinaire L’Echo/EdV a rassemblé plus de 550 professionnels le 8 avril 2021. Parmi eux, 59% travaillent dans des agences de voyages offline et online, et 35% au sein de TO/groupistes/autocaristes.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique