Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Aérien : qui sont les bons et les mauvais élèves en 2017 ?

Flightright, l’entreprise spécialisée dans la défense des droits des passagers aériens, a dressé le palmarès des pires et des meilleures compagnies aériennes de l’année 2017 en matière de retards, d’annulations et de règlement des indemnités.

En 2017, 553 millions d’euros d’indemnités étaient dus par les compagnies aériennes aux passagers aériens. Néanmoins Flightright relève que certaines d’entre elles persistent à contourner la réglementation européenne afin d’éviter d’indemniser les passagers ayant subi ces désagréments.

A noter cependant que cette étude est à prendre avec précaution. Selon XL Airways, « les éléments sont biaisés ». La compagnie française d’ailleurs une action en justice devant le tribunal de commerce  (avec easyJet et Aigle Azur). Elles reprochent à Flightright « d’aller systématiquement en justice, de toucher une commission sur les indemnisations des voyageurs, et demande un remboursement des frais de justice ». Un modèle très lucratif en somme. « Nous recommandons à nos clients de faire leur demande de remboursement directement auprès de notre compagnie et non pas auprès d’officines, rappelle XL Airways. Et si les démarches n’aboutissent pas il existe la Médiation Tourisme et Voyage ».

Indemnisations : Air France-KLM à l’honneur

Pour ce classement, l’entreprise spécialisée dans le remboursement a classé les compagnies en trois catégories : bien, passable et insuffisant. Dans les bons élèves, les compagnies du groupe Air France-KLM. En revanche, selon Flightright, Air Caraïbes et XL Airways sont plus réticents à rembourser.

Certaines compagnies persistent à contourner la réglementation européenne. ©Flightright

Retards : Tunisair et British Airways épinglés

Parmi les mauvais élèves figurent Tunisair ou encore British Airways. Précisons que ce classement a été établi par rapport à des retards de plus de 30 minutes sur des compagnies qui opèrent plus de 3000 vols par an.

Epinglée sur la seule question des remboursements, Air Algérie est en revanche mise à l’honneur en matière de retards puisque, selon la spécialiste du remboursement, la compagnie étatique afficherait zéro retard en 2017 !

Temps d’escale trop justes, densité du trafic aérien, nouvelles mesures de sécurité aéroportuaire, retards dus aux passagers eux-même, les causes des retards peuvent être nombreuses.

Cette étude a été réalisée grâce à la base de données de Flightright, comptabilisées sur toute l’année 2017, au départ des aéroports français.