Abonnez-vous au magazine

Identifiez-vous

En 2016, Air France-KLM reste bénéficiaire

| | | | | | | par
La diminution du prix du pétrole a nettement allégé les coûts du groupe Air France-KLM en 2016.
La diminution du prix du pétrole a nettement allégé les coûts du groupe Air France-KLM en 2016.
© Air France

C’est ce matin qu’Air France-KLM a publié ses résultats annuels. Le groupe dégage des profits pour la deuxième année consécutive, après plusieurs exercices dans le rouge.

 

Air France-KLM reste dans le vert. Le groupe affiche un bénéfice net de 792 millions d'euros pour 2016, en forte hausse après la vente de sa filiale de restauration à bord Servair. En 2015, le groupe avait encaissé ses premiers bénéfices depuis 2008, avec un bénéfice net de 118 millions d'euros.

Chute de la facture pétrole

L'an passé, le résultat d’exploitation a quant à lui atteint 1,049 milliard d’euros, en progression de 34,5%. Son envolée résulte principalement de l’effet favorable du carburant, et de la bonne performance en matière de coûts, souligne un communiqué. La facture kérosène s’est établie à 4,6 milliards d’euros, soit une chute de 25,7% par rapport à 2015. Estimées à 130 millions d’euros, les incidences négatives des grèves des pilotes d'Air France en juin, et du personnel navigant commercial en juillet, ont donc pu être largement épongées. La baisse de l'attractivité de la destination France, suite aux attentats, a aussi pesé sur les résultats.

Au niveau de l'activité globale, les résultats restent mitigés. En 2016, Air France-KLM a transporté 93,4 millions de passagers, ce qui représente une augmentation de 4% en glissement annuel. En revanche, le chiffre d’affaires a reculé de 3,3%, pour atteindre 24,8 milliards d’euros.

"Tandis que la baisse du prix du pétrole a nettement allégé les coûts du groupe, le contexte géopolitique, la concurrence et la surcapacité de l’industrie ont entraîné nos recettes à la baisse", commente le PDG Jean-Marc Janaillac, dans le communiqué.

Des perspectives incertaines

"Le contexte mondial reste fortement incertain au regard de l’environnement géopolitique et économique dans lequel nous opérons, du prix du carburant et de la poursuite de la situation de surcapacité sur différents marchés, entraînant une pression sur les recettes unitaires", précise le groupe.

Sur le mois de janvier, les données de trafic et les niveaux de réservations montrent cependant un début d’année "résilient". Dans  ce contexte, Air France-KLM vise une croissance d'environ 3% pour son activité passage en 2017, "afin de reprendre l’offensive sur le long-courrier et d’améliorer la performance sur le moyen-courrier". Un long courrier qui reste suspendu à l’avis des pilotes sur la création d’une nouvelle compagnie.

Cette année, le groupe compte intensifier ses économies, afin de réduire les coûts unitaires. En 2016, les salariés ont déjà produit des efforts, reconnaît-il. Le nombre moyen d’effectifs a fondu de 1 850 en ETP (1400 ETP chez Air France, 450 ETP chez KLM), ce qui a permis une augmentation de la productivité.

Soyez le 1er à réagir

Vous devez remplir correctement les champs suivants : Pseudo, Email, commentaires




imprimer