Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Pour limiter leur empreinte environnementale, 30% des Français prévoient de voyager moins à l’avenir

La tendance au slow travel favorise aussi des options de vacances plus durables comme le train ou les voyages en véhicule de loisirs.

Alors que la sortie de crise semble se profiler après deux ans de pandémie, le Customer Lab, incubateur interne d’Allianz Partners, s’est penché sur les tendances actuelles et futures des voyages « post-pandémie », en partenariat avec  l’agence mondiale de tendances de consommation Foresight Factory. Une étude* dont il ressort notamment la volonté des ménages de réduire l’empreinte environnementale de leurs voyages. Mais les Français ne semblent pas les plus motivés à cette idée. En effet, si 60% des familles sondées déclarent qu’elles feront davantage attention à l’impact environnemental de leurs voyages à l’avenir par rapport à la période pré-pandémique, ce chiffre ne s’élève qu’à 35% en France.

Même tendance pour la fréquence de leurs voyages. Quand plus de la moitié (56%) des familles dans le monde ont l’intention de voyager moins à l’avenir afin de réduire davantage leur empreinte écologique ce chiffre ne s’élève qu’à 29% en France. Une chose est sûre en tout cas : cette tendance au slow travel favorise aussi des options de vacances plus durables comme le train ou les voyages en véhicule de loisirs (camping-cars, caravanes, autocars).

La hausse des prix dicte aussi les choix

D’après cette étude, les questions environnementales ne sont pas les seules à peser sur les choix. « L’inflation, la hausse des coûts de l’énergie et l’augmentation générale du coût de la vie ont également un impact direct sur les destinations, la durée des voyages et les dépenses des voyageurs », note l’étude. « Les voyages de loisirs risquent de ne plus être considérés comme une priorité par les consommateurs mais comme un luxe qu’ils ne peuvent se permettre, pour ceux disposant de revenus modestes », poursuit le document.

Alors que la pandémie a démocratisé l’usage des outils de réunion en ligne, le voyage d’affaires est  lui aussi concerné de près par ces tendances. « Dans un contexte post-pandémique, le voyage semble également devenir un luxe pour les entreprises, qui conçoivent désormais le déplacement de leurs collaborateurs comme un outil de rétention des talents face à la digitalisation du travail et des relations clients », analyse ainsi l’étude.


*Enquête 2021 – 2022 du Customer Lab  d’Allianz Partners, menée auprès plus de 25 000 consommateurs au Mexique, en Thaïlande, au Japon, à Singapour, en Suisse, en Autriche, en Turquie, en Slovaquie, en Roumanie, au Portugal, en Grèce et e, France, comprenant des questions relatives aux nouveaux comportements émergents de COVID. Les tendances proviennent de Foresight Factory Collision.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique