Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Magie blanche à Prague

7 Elisabeth Breton est conseillère voyages chez Carré Voyages, à Nîmes (Gard). Elle a découvert Prague sous la neige en février, avec Transeurope.

Je ne connaissais aucune des capitales de l’Europe de l’Est ! D’ailleurs mes clients partent plus volontiers pour un week-end en Espagne ou en Italie. Et je dois avouer que je n’avais jamais eu le réflexe de leur conseiller Prague ou Budapest, par peur du mauvais temps, du froid, surtout pendant l’automne et l’hiver. Depuis Marseille, il existe pourtant des vols directs pour Prague, assurés par la compagnie CSA. C’est ce qui a incité Transeurope à faire découvrir la capitale tchèque à une douzaine de vendeurs du sud de la France, du 6 au 8 février.

Des rues aux allures de décor de théâtre

Et là, quelle bonne surprise ! Je suis tombée sous le charme. Bien sûr, il faisait froid – il y avait même de la neige. Mais Prague était superbe, tout habillée de blanc, scintillante de givre. Bien emmitouflé, avec des haltes sympathiques dans les nombreux cafés pour se réchauffer d’un chocolat chaud, on prend vraiment plaisir à déambuler dans les rues de cette ville, qui a parfois des allures de décor de théâtre, et fleure bon la cannelle et le vin chaud.

Je m’attendais à découvrir une cité un peu triste. Prague est au contraire très gaie, avec ses façades colorées. Bref, cela vaut vraiment la peine d’y faire une escapade, y compris l’hiver. D’autant qu’à cette saison, il y a moins de touristes ! Les principaux centres d’intérêt, le château sur les hauteurs, le quartier de Mala Strana, si romantique (que j’ai particulièrement apprécié), la vieille ville ou le cimetière juif sont facilement accessibles à pied. A chaque détour de rue, au hasard des balades, on découvre ici une église, là une placette. Et même sans plan, on retrouve toujours son chemin. En trois jours, on a vraiment le temps d’en profiter.

Notre hôtel, le Barfo 4b, était un peu excentré. Mais les transports en commun sont efficaces. Nous avons pris le tram ou le bus pour rejoindre le centre, en quelques minutes. Et pour ceux qui n’aiment pas la foule, les taxis ne sont pas chers. Transeurope, qui profitait de ce voyage pour nous présenter sa nouvelle production Balades citadines, nous a permis de visiter de nombreux hôtels.

Une ville où tout est abordable

J’ai été étonnée par la variété et la qualité de l’hébergement. On trouve d’excellents petits établissements, pittoresques et cosy, comme des 4b de bon niveau. Bref, le choix est large et il est aisé de satisfaire tous les budgets. Coté 2b, mon coup de coeur va à la coquette Pension 2000, un hôtel d’un excellent rapport qualité-prix, en plein coeur de ville. En catégorie supérieure, j’ai apprécié la résidence Lundborg, et ses suites de 30 à 76 m2 avec leur jacuzzi. Et puis, il est important de rappeler que tout est abordable, y compris les restaurants, où l’on mange très bien. Certes, la gastronomie n’est pas toujours fine, mais les plats sont copieux et corrects.

Autre bonne surprise, rien de plus facile que de sortir le soir à Prague. On peut même improviser une soirée au théâtre ou à l’opéra. D’ailleurs, il n’y a que l’embarras du choix. Il y a toujours un concert ou un spectacle à découvrir. Nous avons ainsi assisté à une représentation de black théâtre, avec ses ombres chinoises. Ce n’est pas ce que j’ai préféré, mais il faut reconnaître que le spectacle était de qualité. Depuis mon retour, je vante les mérites de Prague à tous mes clients en quête d’un week-end vraiment dépaysant.

%%HORSTEXTE:1%%%%HORSTEXTE:2%%%%HORSTEXTE:3%%%%HORSTEXTE:4%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique