Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

L’UFC-Que Choisir met en demeure Airbnb et d’autres plates-formes

Au total, l’association critique les clauses « abusives » de huit plates-formes de l’économie collaborative, d’Airbnb à Ouicar en passant par Abritel.

L’UFC-Que Choisir a mis en demeure Airbnb, Abritel/HomeAway, Allo Voisins, Drivy, Eloue, Ouicar, Stootie, Zilok, de procéder à « d’indispensables suppressions et modifications » de leurs contrats. A défaut de régularisation sous un mois, l’organisme bien connu des Français se réserve le droit d’engager des actions en justice afin que soient « respectés » les droits des consommateurs.

Alors que les vacances approchent, l’UFC-Que Choisir met ainsi en garde les consommateurs concernant les conditions générales des principales plateformes d’économie collaborative. Ces conditions son « truffées » de clauses que l’association de défense des consommateurs estime abusives ou illicites.

Manque de lisibilité

« Si les plateformes d’économie collaborative ont le vent en poupe, les consommateurs seraient bien avisés d’être vigilants quand ils acceptent les conditions générales d’utilisation de ces sites, puisque nous avons dénombré plus d’une dizaine de clauses litigieuses dans les contrats des sociétés précitées, et jusqu’à 45 pour Airbnb », est-il expliqué dans un communiqué.

Qu’est-il reproché aux plates-formes ? Le manque de lisibilité des clauses, les exonérations des responsabilités, les frais cachés, l’utilisation des données personnelles des utilisateurs… « Les conditions générales d’utilisation sont souvent illisibles, car comprenant de nombreux liens hypertextes, parfois en langue anglaise, et regorgeant de notions floues et imprécises comme ‘de temps en temps’ ou ‘à sa seule discrétion’. » Ouicar et Airbnb se dispensent même d’un consentement exprès puisque le silence vaut acceptation, est-il indiqué.