Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Les étrangers ont porté le tourisme fluvial en 2017

Après une perte d’activité en 2016, le tourisme fluvial s’est mieux porté en 2017, notamment grâce au retour de la clientèle étrangère.

En 2017, le tourisme fluvial en France a séduit 11,2 millions de passagers (+13%), représentant 1,8 million de nuitées (+6%). Le marché retrouve quasiment les performances enregistrées en 2015, année de référence.

Dans le détail, les péniches-hôtels, qui avaient subi les conséquences des attentats de Paris en 2015, ont attiré 7% de passagers supplémentaires, tandis que les paquebots de croisières, qui offraient pas moins de 22 190 places réparties en 153 unités (20 de plus qu’en 2016), ont accueilli 21 940 clients (+9%).

Plus de la moitié de clients étrangers

Seule la location de bateau habitable est en baisse, avec 118 870 clients (-5,3%), notamment à cause de la fermeture de base de location suite aux différentes crues ayant frappé la France en 2017, et à la réduction de l’offre locative. A noter : la bonne forme des « bateaux-promenade », dont 70% de l’activité est située en Île-de-France. Avec 10 569 150 passagers (+13,7%), dont 52% d’étrangers, les bateaux de plaisance qui sillonnent notamment la Seine et la Marne ont retrouvé leur clientèle en même temps que les étrangers revenaient en séjour à Paris.

C’est d’ailleurs le retour des étrangers qui explique, en partie, la bonne forme du tourisme fluvial en France. Les étrangers représentent 78% du total de la clientèle (contre 76% en 2016) pour les croisières (paquebots fluviaux et péniches hôtels), 73% pour les bateaux de location (69% en 2016) et 52% pour les « bateaux-promenade » (contre 45 % en 2016). Sur toute l’activité fluviale, les étrangers constituent plus de la moitié de la clientèle (54%).

En 2016, le tourisme fluvial en France représentait un chiffre d’affaires de 500 millions d’euros, selon la Direction générale des entreprises (DGE).