Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Laurent Abitbol (Marietton) : « Pour le tourisme, tout s’écroule… encore »

Les demandes d’annulations pleuvent. Laurent Abitbol, président de Marietton et de Selectour, encourage les clients des agences de voyages à reporter leur voyage.

L’exigence de motifs impérieux pour voyager dans des pays autres que l’espace européen et les Dom-Tom plombe l’activité de l’industrie du voyage. « Nous étions à 53% de prises de réservations en janvier 2021 dans le tourisme, par rapport à janvier 2020 », estime Laurent Abitbol, en tant que président de Marietton Développement (Havas Voyages). Les Dom-Tom, les Maldives et autres Tanzanie comptaient parmi les destinations les plus vendues, notamment sur les vacances de février « Et tout s’est écroulé… encore une fois », ajoute Laurent Abitbol, par ailleurs président du directoire de Selectour.

Reporter, ou rembourser

Il faut désormais idéalement reporter les dossiers. Sinon, accepter une annulation avec remboursement… pour autant que les compagnies aériennes l’acceptent.

« Nous allons proposer à nos clients de reporter les voyages, nous espérons qu’ils vont accepter, a souligné samedi soir Laurent Abitbol sur BFMTV. Si le client ne veut pas reporter, nous remboursons le voyage. » C’est effectivement la loi, au nom du Code du tourisme, depuis la fin de l’ordonnance sur les avoirs. « Nous préférons que les clients reportent. Mais si nous n’avons pas le choix, nous rembourserons selon les conditions des compagnies aériennes. Si une compagnie ne rembourse pas, nous ne pourrons pas rembourser immédiatement. »

Nous n’oublierons pas les compagnies « voyous »

« Nous remboursons les clients quand les compagnies remboursent, nous précise le président de Marietton. Air France, Corsair, Air Caraïbes le font. Les compagnies françaises sont de bons élèves. Nous n’avons pas de souci sur les Dom-Tom. Il subsiste seulement quelques compagnies aériennes voyous. Nous nous en souviendrons. »

Afin de gérer les dossiers en cours et préparer la reprise, les points de vente du groupe restent partiellement ouverts. « Les agences de voyages qui étaient ouvertes à temps plein la semaine dernière le restent 3 à 5 après-midis par semaine. » Il s’agit d’une consigne pour les points de vente dont il est propriétaire, et d’un conseil auprès des membres du réseau volontaire Selectour.

« Les agences constituent notre meilleur outil de communication », ajoute le patron de Marietton pour justifier le maintien d’une présence… alors même que les loyers continuent de courir. « Les loyers représentent notre plus gros coût », a-t-il précisé lors de l’interview accordée à BFM TV. C’est d’ailleurs au chapitre des frais fixes que le dirigeant compte sur un renfort des aides de l’Etat.

EdV : « Un nouveau coup sur la tête »

« On était déjà un genou à terre mais là, c’est un nouveau coup sur la tête », regrette pour sa part Jean-Pierre Mas, le président des Entreprises du voyage, dans les colonnes du Parisien.

Ce que confirme Guillaume Linton, PDG du voyagiste Asia, interrogé samedi au journal de 20h de TF1. « C’est dramatique. Nous étions à -90% depuis le mois de mars dernier, en termes de prises de commandes. Nous allons probablement être à l’arrêt total sur le mois de février. On projette maintenant nos clients sur le printemps. » En espérant que, d’ici là, la situation sanitaire s’améliore, et la plupart des frontières rouvrent. Et que le Quai d’Orsay stoppe son injonction à ne plus voyager à l’étranger.

A lire aussi :

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique