Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Hilton double la mise à Paris

Le nouvel hôtel de la défense précède l’inauguration au printemps 2004 du Hilton Arc de Triomphe.

Le drapeau de Hilton flotte désormais sur la Défense. Un an après avoir racheté à Accor son hôtel Sofitel, le groupe américain a inauguré le 1er mai son nouvel établissement. Six mois de travaux auront été nécessaires pour transformer cet établissement de 148 chambres (et 7 salles de réunion) aux couleurs de la chaîne.

Situé aux pieds de la grande Arche, ce septième établissement de l’enseigne dans l’Hexagone est l’occasion pour Hilton d’inaugurer un nouveau concept de chambre baptisé Relaxation Room (au nombre de 55).

 

« Conçue pour le bien-être de la personne, la Relaxation Room est agencée autour de trois parties distinctes : le travail, le repos et la salle de bain », explique Silvie Allric, directrice marketing de Hilton. Plus fonctionnel, le bureau est équipé d’un fauteuil en cuir modulable, d’un accès direct à Internet et d’un téléphone. Le lit, situé au centre de « l’espace de relaxation », n’est pas visible du bureau. Un lecteur DVD complète l’équipement. La salle de bain propose quant à elle une douche à haute pression avec jets massants ainsi qu’une baignoire avec spa hydro massant.

 

Au printemps 2004, Hilton International renforcera encore sa présence en Ile-de-France avec l’ouverture du Hilton Arc de Triomphe à Paris, dans le 8ème arrondissement, en, bordure du Parc Monceau. Construit autour d’un large patio, cet hôtel 4* luxe de 463 chambres et suites réparties sur sept étages présentera une décoration résolument Art déco rappelant l’ambiance des grands Transatlantiques des années 30. De quoi faire de l’établissement le navire amiral du groupe en France.

 

Hilton International réunit 250 Hilton et 150 Scandic (hors Etats-Unis), dont  7 hôtels en France : Orly, Roissy, La Défense, Paris, Strasbourg, Lyon et Cannes. Raphaël Sallerin

 

Dans la même rubrique

Laisser un commentaire