Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Gilets jaunes : le gouvernement appelle à la « mobilisation générale » pour rassurer les touristes

Le gouvernement veut mobiliser les professionnels du tourisme pour rassurer les clientèles étrangères et française et réussir l’été, alors que la fréquentation est actuellement en repli.

Le secrétaire d’Etat au Tourisme a réuni jeudi une vingtaine de représentants de l’hôtellerie-restauration, des commerçants, des offices de tourisme, de la Mairie de Paris ou encore de la région Ile-de-France pour faire un état des lieux de l’activité touristique, impactée depuis la mi-novembre par le mouvement des Gilets jaunes. L’objectif de cette réunion était d' »entendre leur diagnostic et leurs tendances sur l’évolution du tourisme au regard des événements depuis mi-novembre », et après le regain de violences samedi lié aux manifestations des « gilets jaunes », a indiqué Jean-Baptiste Lemoyne.

250 millions d’euros de pertes

« Il y a un fort impact sur notre économie touristique. Fin 2018, sur Paris-IDF, l’activité dans l’hôtellerie s’est contractée de 10%. Début 2019, les indicateurs sont pour le moment orientés à la baisse, avec des arrivées aériennes en repli de 7 à 8% sur janvier-février, et une baisse de 3% de la clientèle étrangère dans les hébergements collectifs », a-t-il souligné. Une perte que Didier Chenet, le président du GNI, évalue à 250 millions d’euros pour les secteurs de l’hôtellerie et de la restauration, à Paris et en Ile-de-France.  « La situation est préoccupante, les courbes sont en train de prendre la tendance que l’on avait connue après les attentats de 2015. Certains palaces ferment des étages » en raison du taux d’occupation trop faible, a alerté Didier Chenet. Face à ces difficultés, la Chambre de commerce de la capitale réclame « du soutien et de l’argent » pour diffuser sa campagne appelant les Parisiens à consommer pour soutenir le commerce. De son côté, le Comité Champs-Elysées qui promeut l’avenue aimerait voir abaisser le montant à partir duquel les achats des touristes étrangers bénéficient d’une détaxe (aujourd’hui 175 euros). Un levier que les professionnels du secteur essayaient déjà d’activer avant que ne surviennent les mouvements sociaux.

Relancer la destination… en allégeant la facture

Pour Jean-Baptiste Lemoyne, « au préalable, il faut rétablir la sécurité, puis travailler à relancer la destination France via des campagnes de communication. Il faut redresser l’image (de la France) et rassurer les clientèles françaises et étrangères, notamment asiatiques, très sensibles à l’aspect sécuritaire ». « Il faut une mobilisation générale, un appel est aussi lancé au patriotisme pour que cela se fasse au moindre coût », souligne-t-il, citant JCDecaux « qui pourrait mettre à disposition des espaces publicitaires à l’étranger » pour les campagnes, ou Air France qui « aiderait à acheminer influenceurs ou journalistes pour constater que tout fonctionne » en France. »

Les commentaires sont fermés.

Dans la même rubrique