Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Faillite de Primera Air : quelles conséquences pour les clients et les agences ?

Après les difficultés de Norwegian, la faillite de Primera Air semble confirmer la fragilité du modèle low cost long-courrier. De nombreux clients vont maintenant tenter d’obtenir un remboursement.

La nouvelle est tombée cette nuit, Primera Air a fait faillite. Spécialisée dans les vols low cost long-courriers entre Paris et New York, Boston ou encore Toronto, la compagnie scandinave a annoncé sur son site internet que ses opérations cessaient à partir d’aujourd’hui.

L’ancienne compagnie charter va laisser un certain nombre de passagers aériens dans le flou. AirHelp, spécialiste de la demande d’indemnisation, donne quelques conseils concernant les demandes en cours ou à venir d’indemnisation et de remboursement.

L’agence peut être tenue responsable

«Les réclamations des passagers ayant eu des vols perturbés ne sont plus valables. Les passagers lésés pourront récupérer un billet s’ils ont réservé leur billet dans le cadre d’un forfait. En outre, d’autres compagnies aériennes peuvent proposer des tarifs de rapatriement spéciaux pour les passagers lésés », souligne AirHelp.

Rappelons que si un vol a été réservé via une agence de voyages, celle-ci peut être tenue responsable si les vols sont couverts par des assurances. Pour le cas d’un forfait vacances, le suivi doit être garanti.

« Les passagers aériens ayant réservé leurs billets directement par la compagnie en utilisant une carte de crédit peuvent faire opposition pour empêcher le débit par la compagnie, est-il ajouté. Si le montant a déjà été débité par les compagnies, un document doit être envoyé à la banque du détenteur de la carte certifiant que la compagnie n’a pas donné suite à la demande de remboursement. »

La compagnie n’est pas au BSP

« La compagnie aérienne n’est pas au BSP », nous précise Jean-Pierre Mas, le président des Entreprises du Voyage. Il ne sera donc pas possible de bloquer des sommes par référé pour envisager le remboursement des clients.

Peu d’agences de voyages seraient concernées par la faillite. Primera Air était principalement vendue en direct.

A lire aussi :

Primera Air : la nouvelle low cost vers les Etats Unis