Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Emirates bientôt à 1 %

A compter du 1er novembre, la compagnie du Golfe persique baissera à 1% son taux de rémunération des agences de voyages. Emirates a par ailleurs décider d’inclure la surcharge carburant dans le prix de ses billets, ce qui entraînera une hausse des tarifs

 

A partir du 1er novembre, Emirates baissera son taux de rémunération aux distributeurs de 7 à 1%. Après la première vague initiée par Air France en avril 2005, nous avons maintenu notre commission parce qu’il était important pour Emirates de garder ce lien fort, notamment avec les petites agences indépendantes ou de quartier. Mais nous nous sommes aperçus que nos ventes étaient pénalisées car la quasi-totalité des agences percevaient en plus des 7% des frais de dossiers supplémentaires, explique Jean-Luc Grillet, DG France de la compagnie de Dubaï.
Second changement crucial de stratégie commerciale : l’intégration de la surcharge carburant dans le prix du billet. Les dépenses de carburant, qui représentent 29,1 % des coûts de la compagnie, font partie du transport et doivent être logiquement intégrés dans le prix public. A compter du 1er novembre, nos tarifs augmenteront donc de 164 € pour un aller-retour au départ de Paris, précise Jean-Luc Grillet.

Emirates teste déjà ce système de tarification dans quelques pays comme la Nouvelle-Zélande et l’Autriche. Le mouvement est inéluctable vers des prix TTC et les consommateurs le réclament, a-t-il souligné. Le prix de nos billets pourra paraître plus élevé que celui des autres transporteurs, mais au final, les passagers auront la garantie d’acheter un billet sans coût supplémentaire dissimulé. Désormais, Emirates fera donc aussi varier ses tarifs en fonction de l’évolution du prix du carburant.