';
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Disneyland Paris entre dans une nouvelle aire

Le parc a inauguré un nouveau land dédié aux héros de Toy Story, tandis que son activité touristique repart à la hausse au troisième trimestre.

Un buzz entretenu sur le réseau social Facebook, une campagne d’affichage et en radio, un marketing ciblé, le tout porté par le succès du film Toy Story 3 – plus de 3 millions d’entrées depuis sa sortie le 14 juillet – auront produit l’effet escompté. Ils étaient nombreux à venir saluer, le 17 août, l’ouverture du nouveau land consacré à Buzz, Woody et ses amis. « Les visiteurs étaient impatients de le découvrir, il y a eu une course effrénée pour être les premiers à entrer », se réjouit Frederik Pénot, vice-président ventes et marketing France de Disneyland Paris. Inspiré du jardin dans lequel Andy, le propriétaire des jouets de Toy Story, a pour habitude de s’amuser, cette nouvelle aire plonge les visiteurs réduits à la taille des jouets dans un monde disproportionné. Destiné à toute la famille, le « Toy Story Playland » regroupe trois attractions : « Toy Story Mission Parachute », une simulation de plongeon dans le ciel pour petits et grands ; le « Zigzag Tour », inspiré des chenilles des fêtes foraines d’antan ; le « RC Racer – Vitesse maximale ! », un circuit en forme de U, haut de 25 mètres. Le « Toy Story Playland », dont l’ouverture constitue le point d’orgue de « L’Année de la nouvelle génération Disney », a surtout vocation à séduire la clientèle francilienne et à soutenir le taux de revisite. Affichant + 1 %, la fréquentation du troisième trimestre (clos le 30 juin) s’est orientée à la hausse pour la première fois depuis le début de l’exercice, accompagnée d’une augmentation de la dépense moyenne par visiteur (+ 4 %) et d’une progression de l’occupation des hôtels (+ 2,5 %). Le chiffre d’affaires a ainsi progressé de 5 %, à 322,7 ME, après avoir connu un recul de 6,9 % un an plus tôt. En dépit de cette croissance, portée par les clientèles françaises, espagnoles et italiennes, la direction du parc – qui voit là « un signe encourageant » – reste « assez prudente » pour l’ensemble de l’année, d’autant que le quatrième trimestre couvrant la saison estivale reste déterminant.

Dans la même rubrique

Laisser un commentaire