Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Coronavirus : Air Canada va licencier la moitié de son personnel

La compagnie aérienne nationale canadienne va réduire 50 à 60% de ses effectifs, en raison de l’effondrement de son activité consécutif à la pandémie de coronavirus.

Les conséquences de la pandémie de Covid-19 sur l’industrie touristique sont encore méconnues, mais devraient être très lourdes. Nouvelle annonce en date : le licenciement « de 50 à 60% » des effectifs d’Air Canada, soit au moins 19 000 personnes.

La première compagnie aérienne canadienne, qui n’a opéré que 5% de ses vols ces dernières semaines en raison de la fermeture des frontières et des mesures de confinement prises à l’échelle mondiale, explique qu’elle ne prévoit pas un retour à une activité normale avant longtemps. « Nous avons donc pris aujourd’hui la très pénible décision de diminuer nos activités en fonction des prévisions », précise Air Canada.

1 500 vols par jour avant la crise

Les effectifs actuels (38 000 personnes) permettent d’opérer environ 1 500 vols par jour, assurés par 258 avions. « Dans la conjoncture actuelle, une exploitation d’une telle envergure n’est pas viable pour l’avenir », note Air Canada. « Nous agissons ainsi pour préserver notre trésorerie, faire correspondre la taille de l’entreprise au niveau de trafic attendu à moyen et à long terme et nous positionner afin de relancer notre croissance quand les affaires reprendront ».

Fin mars, la compagnie basée à Montréal avait mis au chômage technique plus de 16 500 employés, avant d’annoncer début avril qu’elle comptait les réembaucher grâce à un programme de subvention salariale mis en place par le gouvernement de Justin Trudeau. Ce programme a été prolongé vendredi jusqu’à fin août.

Air Canada, qui indique avoir pris contact avec les syndicats pour la mise en œuvre des licenciements qui interviendront à partir du mois de juin, continue de desservir l’ensemble du Canada, mais sur un nombre d’aéroports réduit. Et attend, comme toute l’industrie du tourisme, la réouverture des frontières.

A lire aussi :

Laisser votre commentaire (qui sera publié après moderation)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans la même rubrique