Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Aéroports parisiens : souriez-vous êtes scannés !

Pour éviter les files d’attente trop longues dans les aéroports parisiens, des sas à reconnaissance faciale sont mis en place pour le passage aux frontières.

Désormais, des sas équipés d’un système de reconnaissance faciale sont déployés dans les aéroports parisiens afin de rendre « plus fluides » les contrôles aux frontières.

Le déploiement de cette nouvelle génération de systèmes Parafe (Passage Automatisé Rapide aux Frontières Extérieures) est très attendu par les compagnies aériennes. Surtout après un été 2017 marqué par de longues files d’attente et l’exaspération des passagers.

15 minutes au lieu de 45

« Le gouvernement s’est mobilisé pour avoir cette année un passage beaucoup plus fluide », a expliqué Elizabeth Borde, la Ministre des transports. Rappelant que 300 policiers supplémentaires avaient été affectés à Roissy et Orly. « On s’est donné l’objectif de pas dépasser 30 minutes d’attente pour les passagers de l’Union européenne et pas plus de 45 minutes pour les passagers hors Union européenne. Ce sont des objectifs qui sont tenus. »

Ces nouveaux sas, dans lesquels le visage du passager est scanné afin d’être comparé à la photo de son passeport, permettent un contrôle plus rapide que les précédents « Parafe » à contrôle digital : 10 à 15 secondes, contre 30 à 45 pour le contrôle des empreintes.

45% des passagers compatibles

Autre avantage : 45% des passagers des aéroports parisiens sont éligibles à ce système de reconnaissance faciale – les ressortissants majeurs des pays de l’Union européenne, de Norvège, de Suisse ou encore du Liechtenstein -, alors que seuls 10% peuvent emprunter les sas de reconnaissance digitale.

Quinze sas sont désormais opérationnels à Orly et 21 à Roissy. « Nous en aurons au total 95 à la fin de l’année, après une deuxième phase de déploiement qui débutera en septembre », a indiqué Edward Arkwright, directeur général exécutif, en charge du développement, de l’ingénierie, et de la transformation de Groupe ADP.

A lire aussi : La reconnaissance faciale arrive à l’aéroport de Nice