Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

La reconnaissance faciale arrive à l’aéroport de Nice

Grâce à un partenariat entre IN Groupe et Gunnebo, quatre sas à reconnaissance faciale sont déjà opérationnels dans l’aéroport de Nice, et douze autres vont être installés dans le mois,

Lundi, l’aéroport de Nice commencera à utiliser la reconnaissance faciale pour son contrôle aux frontières. Après Aéroports de Paris, c’est la deuxième plateforme aéroportuaire française à utiliser ce matériel.

« L’enjeu, c’est évidemment de réduire les temps de contrôle pour nos passagers, sans aucun compromis pour la sécurité », explique Dominique Thillaud, le président d’Aéroports de la Côte d’Azur, dans un communiqué.

Que pour les Européens

La reconnaissance automatique du visage compare le visage du voyageur avec la photo stockée dans la puce de son passeport biométrique. Cette technologie est très en vogue dans les aéroports mondiaux, qui cherchent désespérément des moyens de fluidifier la circulation des passagers alors que le trafic aérien ne cesse d’augmenter.

Ces nouvelles bornes remplacent le contrôle par un policier, mais seulement pour les ressortissants de l’Union européenne prenant ou quittant un vol international (hors de la zone Schengen).

Trois passagers par minute

Cette reconnaissance faciale a été réalisée par le groupe français IN Groupe, qui est l’ancienne Imprimerie nationale française et qui se positionne maintenant comme un spécialiste de l’identité numérique, et par le suédois Gunnebo, un spécialiste des portails d’accès sécurisés.

Selon Didier Trutt, le pdg d’IN Groupe, la technologie de la reconnaissance faciale permet d’aller plus vite que la technologie de l’empreinte digitale, qui était celle utilisée jusqu’à maintenant dans les systèmes de contrôle automatisés en France. « Sur de la reconnaissance d’empreinte, vous avez deux passagers par minute en moyenne qui passent », a-t-il expliqué à l’AFP. « Sur la reconnaissance faciale, on est plutôt sur trois par minute », a-t-il indiqué. « Il n’y a plus de contact physique » avec la machine, « cela enlève du stress » aux passagers, a-t-il dit.