Abonnez-vous au magazine

Identifiez-vous

Les agences de voyages perdent des clients depuis trois ans

| | | | | | par
Les départs vers la France métropolitaine ont baissé de 8% en passagers et de 9% en volume d’affaires.
Les départs vers la France métropolitaine ont baissé de 8% en passagers et de 9% en volume d’affaires.

D’après le baromètre Snav/Atout France portant sur les départs, le recul atteint 7% en nombre de passagers en 2014. L'activité était déjà en retrait les deux années précédentes, mais dans de moindres proportions.

 

Pour les agences de voyages, l’exercice 2014 a été marqué par un "fort recul de l’activité de distribution de voyages", selon les termes employés par le Snav pour commenter les résultats du baromètre annuel que le syndicat vient de publier en partenariat avec Atout France et Gestour.

Les départs de l’année 2014 se sont globalement soldés par une baisse de 7% en passagers et de 2% en volume d’affaires par rapport à l’exercice précédent. Cette tendance défavorable de l’activité de distribution de voyages affecte l’ensemble des grandes zones de destination, après une année 2013 de léger redressement.

Selon le Snav, la diminution de l’activité l'an passé, qui est mesurée auprès d'un échantillon d'environ 600 agences volontaires et indépendantes, résulte de plusieurs facteurs concomitants : "l’effet des OTAs, […] la Coupe du Monde de football au Brésil qui s’est tenue en juin et juillet, la conjoncture économique difficile, ou encore les conditions météorologiques souvent altérées sur une bonne partie du territoire métropolitain pendant la saison estivale".

Les destinations françaises particulièrement malmenées

Sur l’ensemble de l’année 2014, les départs vers la France métropolitaine ont reculé de 8% en passagers, et de 9% en volume d’affaires. L’activité de distribution de voyages a été freinée notamment par la météo, contrastée en mai et fortement dégradée en juillet et août.

Pour l’outremer, les départs vers la Réunion et les Antilles françaises sont fortement orientées à la baisse. À l’inverse, la Polynésie française affiche une hausse des départs de 5% en passagers et de 8% en volume d’affaires.

La structure des durées de séjour (62% de courts séjours) et des délais de réservation (autour de 35% de réservations à plus de 3 mois du départ) à destination de la France métropolitaine est stable d’une année sur l’autre.

Moyen courrier : le monde musulman touché de plein fouet

Pour les destinations moyen-courriers, les reculs d’activité affectent surtout le Maroc et la Turquie. La destination nord-africaine semble avoir été victime des événements internationaux au Moyen-Orient.

A l’inverse, la Grèce affiche une bonne dynamique de croissance, au même titre que l’Allemagne. L’Espagne, première destination moyen-courrier en passagers, enregistre une diminution des départs de 4% en passagers, mais avec un volume d’affaires en hausse de 3%.

La structure des durées de séjour (62% de moyens séjours) est stable d’une année sur l’autre. En revanche, la structure des délais de réservation des départs (46% de réservations à plus de 3 mois du départ) traduit une anticipation accrue.

Long-courrier : les Etats-Unis et la Thaïlande à la peine

Les départs vers les principales destinations long-courriers sont orientés à la baisse tant en passagers qu’en volume d'affaires. Les baisses les plus sensibles concernent les États-Unis et la Thaïlande.

La structure des délais de réservation (57% de réservations à plus de 3 mois du départ) montre là aussi une anticipation accrue. La part des séjours de moyenne durée se renforce autour de 52%, au détriment des courts séjours.

Soyez le 1er à réagir

Vous devez remplir correctement les champs suivants : Pseudo, Email, commentaires




imprimer