Abonnez-vous au magazine

Identifiez-vous

Lastminute, un levier mineur de ventes pour Selectour

| | | | | par
En moyenne, les agences Selectour réalisent 1 000 E mensuels de vente de produits lastminute.
En moyenne, les agences Selectour réalisent 1 000 E mensuels de vente de produits lastminute.
DR

Des internautes pressés toquent à la porte des agences, avec une offre lastminute en tête, pour un départ à la dernière minute.

Alors que le partenariat de deux ans lastminute-Selectour est sur le point d'être reconduit, une dizaine d'agences du réseau évoquent leur retour d'expérience. Les professionnels interrogés ont reçu des internautes qui ont repéré, sur le site du pure player, des produits et une agence de proximité susceptible de boucler leur projet de vacances. Tous évoquent « quelques dossiers par an », avec de nouveaux clients, qui achètent « un prix à la dernière minute ». Les agences accueillent avec plaisir ces voyageurs susceptibles d'arrondir leurs fins de mois. Mais elles ne proposent pas spontanément des produits lastminute à leurs autres clients.

UN PENCHANT POUR DES VOYAGES CONNUS

« Nous avons peu de valeur ajoutée sur ce type de produits, commente Sylvie Lannuzel, de Horse Voyages à Orgeval (78). Nous avons les mêmes informations que le client sur le site ». « Nous servons souvent de facilité de paiement », ajoute Hélène Barthe, d'Orelis (Paris 1er). Les clients viennent éventuellement pour régler en chèque, en Chèque-vacances, en espèces... Les distributeurs interrogés ont un penchant naturel pour des voyages qu'ils connaissent mieux. « Je préfère vendre un TO référencé, sur lequel j'apporte de vrais conseils », ajoute Hélène Barthe. Les voyagistes ont l'avantage de posséder des sites B to B avec des disponibilités souvent en temps réel. Sur le site de la marque fuchsia, les dossiers sont généralement en attente, avec réponse sous 24 voire 48 heures. « Le client a du mal à comprendre que nous n'ayons pas de réponse immédiate », note Myriam Boujnah, d'Arpège Voyages (Paris 12e). Laurent Curutchet, directeur général France de lastminute, promet de faire passer le taux de réservation en temps réel de 30 % à 90 % à la fin de l'année. Ce sera un précieux gain de productivité pour tout le monde. En attendant, Caroline Audran, de Cornouaille Voyages à Quimper (29) essaye de passer en direct avec le voyagiste, dont le site B to B offre en général des réponses en temps réel. Astuce payante, puisque lastminute offre 7 % de commission. Mais ce n'est pas toujours possible : « Parfois, lastminute est plus compétitif, sur le même produit. »

Les ventes générées par le partenariat entre l'agence en ligne et le réseau à l'hippocampe s'élèvent à 10 ME de juin 2009 à décembre 2010, soit seulement 1 000 E par mois et par agence. En moyenne. Laurent Curutchet précise que la loi du 80/20 s'applique : « Nous avons une cinquantaine de gros vendeurs. Et nous sommes très satisfaits des volumes générés. »

Pour les agences, reste à savoir si les clients nouveaux qu'amène le partenariat - reconduit dans les prochains jours - vont revenir. Pas évident quand leur motivation initiale est le prix. « Nous avons du mal à fidéliser cette clientèle, sauf dans notre agence de Pantin », souligne Ariane Fabre, animatrice du mini-réseau Carol Voyages (six points de vente en Île-de-France).

Partagez l’info :

Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cet article sur Wikio envoyer à un ami

Soyez le 1er à réagir

Vous devez remplir correctement les champs suivants : Pseudo, Email, commentaires




imprimer