Advertisement
Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Voyage à l’île Maurice : Jean-Charles Franchomme témoigne

Comment se déroule un voyage à l’île Maurice ? Jean-Charles Franchomme, cofondateur du Helpdesk officiel des pros du tourisme, revient très enthousiaste de son séjour à destination. Pour lui, les restrictions annoncées la semaine dernière n’ont pas de réelles incidences.

L’île Maurice a rouvert ses frontières aux voyageurs vaccinés internationaux depuis le 1er octobre. Jean-Charles Franchomme (Kit Voyages) était sur place du 11 au 15 novembre, dans le cadre de l’opération Connect. Nous l’avons joint lundi matin pour qu’il partage son retour d’expérience.

Comment se déroulent les formalités d’entrée, entre Paris et l’île ?

Jean-Charles Franchomme : Etant doublement vacciné, j’ai effectué un test PCR 72h avant le vol. J’avais rempli le formulaire de santé depuis la France, 48h avant le départ. Il est également possible de le renseigner dans l’avion, c’est très simple, sans QR Code. Mais je conseille quand même de remplir à l’avance le formulaire complet, All-in-One, pour avoir l’esprit libre. Une fois arrivé sur place, les contrôles des autorités sont assez aléatoires… un peu comme partout en Europe cet été. Ensuite, lors du check-in, l’hôtel remet à ses clients – et prend très souvent en charge – un kit pour effectuer un test antigénique rapide. Ceux qui ne séjournent pas dans un hôtel devront passer ce test à l’aéroport.

Quelles sont vos premières impressions ?

Jean-Charles Franchomme : L’île fait carton plein. Les hôtels affichent complet, à tel point que je n’ai pas pu visiter certains d’entre eux. C’est une très belle reprise pour la destination, sans doute au-delà de toutes les espérances. Il y a énormément de Français. Certaines boutiques de souvenirs ont des rayons vides tellement l’affluence est forte.

Les nouvelles restrictions visent essentiellement la population locale.

Jean-Charles Franchomme président du CDMV
Les professionnels qui n’adhèrent pas à l’association ne seront toutefois pas exclus du groupe Facebook.

Avez-vous ressenti les nouvelles restrictions (au niveau des bars, discothèques, rassemblements…) mises en place par le gouvernement ?

Jean-Charles Franchomme : Les nouvelles restrictions visent essentiellement la population locale. Les Mauriciens n’ont pas exemple plus l’autorisation d’organiser ces grands pique-niques qu’ils aiment faire sur la plage. La preuve d’une vaccination complète et leur carte d’identité leur est désormais demandée pour aller au restaurant. Les discothèques sont fermées. Toutes ces mesures interviennent après une semaine de grandes festivités à l’île Maurice, avec notamment la Fête des lumières Divali. La population s’est alors relâchée au niveau des gestes barrières. Un peu comme si, pendant notre propres Fêtes de fin d’année, nous avions retrouvé nos proches sans distanciation sociale ni masque. Sinon, la vie est normale. Et le tourisme n’est pas du tout responsable de la remontée des cas de Covid-19.

Quelles sont les restrictions que vous avez néanmoins vécues comme voyageur ?

Jean-Charles Franchomme : Je suis allé en taxi à Grand Baie hier, pour vivre la vraie vie locale. Dans les restaurants, les voyageurs doivent eux présenter un justificatif de vaccination et un justificatif d’identité. Des jauges sont en place dans ces restaurants, il est recommandé de réserver sa table. Dimanche, les terrasses extérieures des bars étaient ouvertes. Dans les minibus et les taxis, le port du masque est demandé. Mais nous le faisons souvent tomber dans les hôtels, puisque nous sommes en général en plein air. Encore une fois, les mesures visent davantage les locaux, pour les inciter à respecter les gestes barrières. 

Rien n’est bloquant ni contraignant pour ceux qui cherchent du soleil lointain.

Pour vous, la reprise reste durable ?

Jean-Charles Franchomme : C’est un très grand top, alors que certains politiques locaux imaginaient que ce serait un flop. C’est même plus simple de venir à l’île Maurice que dans les Antilles, où le protocole manque encore de clarté. Des agences ont dit, sur le Helpdesk, que des clients souhaitaient annuler leur voyage. J’ai envie de leur dire que l’île Maurice est comme avant la crise, les Mauriciens sont toujours aussi chaleureux. L’accueil est top. Les accès aux spas* et piscines sont normaux. Rien n’est bloquant ni contraignant pour ceux qui cherchent du soleil lointain. Et puis, si les gens se posent des questions, il est bon de rappeler que c’est une destination francophone. C’est rassurant. Les autorités ont récemment rouvert les frontières. Je ne crois pas du tout à la fermeture des frontières. Je ne crois pas au rétropédalage.

La destination a souffert de plus de 18 mois de fermetures. Le ressent-on sur place ?

Jean-Charles Franchomme : Très peu. Mais c’est vrai, certaines rénovations prévues ont pris un peu de retard. Le fait que les cas contact mauriciens soient tenus de s’isoler pendant 10 jours a pu ralentir des travaux. Et cela complique la reprise d’activité dans les hôtels. Nous sommes dans une période de redémarrage extrêmement fort, ce qui peut expliquer que les terrains de golf, par exemple, ne soient pas encore tout à fait au summum. C’est logique après plus de 18 mois de fermeture. Mais, depuis que je recommence à voyager, c’est vraiment la destination dans laquelle je me suis sentie le plus à l’aise. La vie est comme avant la crise pour les voyageurs. Le protocole sanitaire n’est pas lourd du tout. Il faut vraiment rassurer les touristes en ce sens. Et pour partir en toute sérénité, vous me connaissez (rires), je conseille vivement aux voyageurs de passer par une agence.

*Une pro du voyage nous signale que certains spas d’hôtels étaient fermés début novembre. Mieux vaux vérifier en amont du voyage auprès des établissements.

A lire aussi :

 

7 commentaires
  1. Rebecca dit

    J’ai envie de dire que c’est LE MOMENT de visiter Maurice puisque c’est l’été et il fait tellement beau. Les flamboyants vont commencé à prendre leur magnifique couleur chaude en décembre. La saison des letchis, melon d’eau et mangues ont déjà commencé et sont déjà disponibles. Les fruits locales sont à tomber, rien à voir avec ceux importé en Europe. Une banane de l’île Maurice et une qu’on mange en france, un monde de différence. Les journées sont plus longue et avec les nouvelles restrictions d’interdire de faire un picnic, nos plages resteront propre !!

    Ps : mauricienne qui a vécu en Europe et qui est amplement satisfaite du travail des autorités mauricienne. Nous sommes prêts à accueillir à nouveau les touristes, ne faites pas attention aux grincheux paresseux qui rêvent d’un nouveau confinement pour rester à la maison à ne rien faire et recevoir un salaire du gouvernement. Aussi, ceux qui meurent en ce moment sont ceux qui avaient déjà des maladies graves hors covid ou qui ne sont pas vaccinés. Bref nous les mauriciens vont devoir apprendre à vivre avec le virus, comme partout dans le monde d’ailleurs.

  2. Anonyme dit

    Vraiment.
    Le pro du tourisme. Ah quelle blague.
    L’île Maurice, plus de 1000 cas par jour et vous dites que tous va bien !!!
    Les mMuriciens eux le subissent de plein fouet.

  3. SEREAU dit

    Formalités pour entrer à Maurice lourdes
    Interdiction aux Mauriciens d’aller sur les plages dites privées alors que les touristes le peuvent … tests antigéniques 1er et 5ème jours
    Contraste entre hôtels grand luxe et pauvreté aux portes de ces hôtels
    Tout est payant même pour plonger à Bay Blue…
    Le plus : la gentillesse des mauriciens
    Faisons profil bas en allant la bas même s’ils attendent les touristes pour revivre un peu mieux

  4. Catherine dit

    J’en reviens après 10 jours, j’ai été émerveillée. Nous avons pu aller visiter les lieux typiques sans soucis dans les bus à prendre absolument car c’est tellement différent de chez nous, masque obligatoire dans la rue, prise de température à l’entrée des grands magasins, effectivement les piques nique sont interdit sur la plage, dans l’hôtel test le 1er et le 5eme jour, spa bar et restaurant ouverts. Je n’ai pas ressenti de réelles contraintes. Les mauriciens sont heureux de pouvoir à nouveau accueillir le tourisme ils ont énormément souffert du confinement très strict. J’ai rencontré une population incroyablement accueillante, le marché de Port louis à découvrir, l’église de cap malheureux un joyau tant la vue est belle, l’île aux cerfs où l’eau est cristalline. Pour les excursions adressez vous directement aux locaux les prix sont tellement plus intéressants qu’à l’hôtel, et ne restez pas sur le transat, allez visiter découvrir…. J’y reviendrai c’est sûr.

  5. Marie LIVERNET dit

    Vous ne parlez nullement de l’assurance obligatoire anti covid à souscrire, des transports en commun qui sont déconseillé, du 2ème test antigenique à faire au 5ème jour….

  6. Anonyme dit

    La vraie vie locale à Grand Baie euh ? Si il y a bien un lieu à Maurice typiquement touristique c’est bien Grand Baie, l’architecture anarchique de cette station balnéaire la rend laide.

  7. Joe Chan dit

    Et si le monsieur tombe malade ici, il va où ?

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique