Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Tolède

Cité-joyau

L’ancienne capitale de la Castille, résidence de Charles Quint, se poste fièrement au sommet d’un roc joliment ceint par un méandre du Tage, encaissé dans un profond canyon. Le soleil rayonne au-dessus de l’Alcazar. Clin d’oeil au Greco qui représenta l’une des vues les plus célèbres de Tolède dans un tableau exposé au Metropolitan de New York. Un pied dans la ville, la luminosité s’éclipse. Plongées dans l’ombre automnale, les calles qui semblent avoir échappé au temps forment un étroit labyrinthe serré autour de la cathédrale, l’une des plus belles d’Espagne. Juive, chrétienne, musulmane : les cultures, ici, ont défilé. Sur les tours, les portes, les façades des maisons, le style maure rappelle l’occupation des Arabes pendant presque 400 ans. On dévale quelques ruelles escarpées vers la cathédrale, qui fut un temps changée en mosquée et abrite aujourd’hui le siège du primat d’Espagne. Un essaim de touristes attend son tour pour visiter l’exceptionnel édifice, sa dizaine de chapelles et sa collection de peintures. Tolède est hantée par El Greco, mort ici-même. Le maître laissa plusieurs vues de la ville. À un jet de pierres, l’église Santo Tomé détient son chef-d’oeuvre, L’enterrement du comte d’Orgaz, réalisé au XVIe siècle alors que la belle Tolède rayonnait encore sur la région avant de céder son titre de capitale à Madrid.

%%HORSTEXTE:1%%

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique