Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Putsch au Royal Monceau

Le palace parisien devait être prochainement revendu au groupe dubaïote Jumeirah. Mais un conflit opposant l’ancien propriétaire, Osmane Aïdi, et l’actuel, Hoche Financement, lui fait une mauvaise publicité.

 

La fermeture brutale du Royal Monceau, jeudi dernier, lève le voile sur les nombreuses difficultés qu’affronte le palace depuis plusieurs mois. Racheté en décembre par le fonds d’investissement Hoche Financement, ce dernier était entré en phase de négociation pour être revendu prochainement à la chaîne dubaïote Jumeirah. Cependant un conflit entre l’ancien propriétaire, l’homme d’affaires syrien Osmane Aïdi, et l’actuel, lui fait une mauvaise publicité.

Osmane Aïdi revendique en effet toujours la propriété et prétend que l’hôtel a été fermé subitement pour lui en empêcher l’accès. Il est vrai qu’ Hoche Financement avait dû prendre possession du palace par la force, en décembre. De son côté, le fonds d’investissement affirme avoir été contraint de fermer l’hôtel pour des raisons de sécurité. « Il y a eu des menaces de fermeture des cuisines de nos deux restaurants par les services vétérinaires. Nous avons eu de multiples plaintes de clients pour de nombreux dysfonctionnements » a déclaré à l’AFP Marie-Antoinette Dain, présidente du Royal Monceau. Osmane Aïdi a porté l’affaire devant le tribunal de commerce de Paris, qui a maintenu la fermeture de l’hôtel, mais a dépêché une commission technique, qui pourrait statuer sur une réouverture, si l’état de l’hôtel le permet.
Selon le journal les Echos, le palace devait être revendu prochainement pour 250 millions d’€ à Isthismar, filiale de Dubaï Holding (qui appartient en majorité à la famille royale de Dubaï), pour être exploitée par son autre filiale Jumeirah (groupe hôtelier de luxe propriétaire entre autres du Burj al Arab). Pour sa part, Jumeirah dément avoir fait une offre et être en phase finale de rachat. La chaîne, contactée vendredi, nous a même déclaré qu’elle n’était pas au courant de la fermeture du palace et qu’aucun de ses responsables n’est à Paris actuellement.

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique