Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Océan Indien

En 2009, les signaux sont de nouveau passés au vert dans la région, à l’exception notable de Madagascar, où la crise politique a réduit à néant la saison touristique.

Face à la crise, l’océan Indien fait de la résistance. Première destination de la région en termes d’arrivées, La Réunion a accueilli 344 325 Français en 2009 (+ 10,7 %). Un résultat satisfaisant, principalement porté par le tourisme affinitaire et familial, et qui est donc resté sous le niveau de l’avant-chikungunya. Portée par son opération marketing « Maurice sans passeport », sa voisine a aussi bien tenu le cap sur le marché français avec 275 599 touristes (+ 6 %), alors que les autres marchés européens chutaient. Même tendance aux Maldives, où les Français ont été 50 373 à se rendre (+ 4,7 %), alors que le nombre de touristes internationaux a été de 655 852 (- 4 %).

LES SEYCHELLES DOIVENT ÉVOLUER

Les Seychelles connaissent, elles, depuis plusieurs années une stabilité de leur fréquentation autour de 160 000 touristes, dont 20 % de Français. Majoritairement visité à l’occasion d’un voyage de noces, l’archipel doit évoluer vers des produits comme la randonnée, la pêche et la plongée et ne plus tout miser sur le balnéaire. Enfin, 2009 a été une très mauvaise année pour Madagascar. Touchée par une grave crise politique en février, qui a anéanti sa saison touristique, l’île a enregistré une baisse abyssale de sa fréquentation. L’Association des tour-opérateurs – Ceto avait « fermé » la destination pendant plusieurs semaines, ce qui explique les contre-performances des voyagistes spécialistes. Le bilan est donc sans appel : la chute a été de 56,7 % au niveau international et de 54,4 % sur le marché français avec 95 985 arrivées (le nombre de touristes n’est pas évalué) contre 210 000 en 2008.