Retrouvez l'actualité du Tourisme pour les professionnels du secteur tourisme avec l'Echo Touristique : agences de voyages, GDS, prestataires spécialisés, voyagistes

Méditerranée

La suprématie du Maroc et de la Tunisie se confirme, de même que le succès de la Croatie. Bonne surprise : le retour en grâce de l’Espagne, de la Grèce et de l’Italie.

L’année 2005 a été sans conteste un bon cru pour le bassin méditerranéen, y compris pour des axes qui avaient marqué le pas en 2004, tels l’Espagne ou l’Italie. Le contrecoup de l’euro ou la concurrence d’étoiles montantes, telles que la Croatie, avaient été invoqués pour expliquer cette désaffection. Le phénomène semble s’être atténué, même si les résultats restent contrastés. Ainsi, l’Espagne, la première destination des Français, a franchement repris du poil de la bête à +13,3 %. Les Baléares et les Canaries se présentent également en positif, respectivement à +3,5 % et +15,8 %, enrayant enfin l’hémorragie des années précédentes.

Les îles seraient boudées

Ces bonnes performances ne se retrouvent cependant pas totalement dans les chiffres des tour- opérateurs, nombre de Français préférant se débrouiller seuls. Si l’Espagne continentale a fait un vrai come-back chez les membres de l’association de tour-opérateurs/ Ceto avec une croissance de 10,8 %, Baléares et Canaries ont poursuivi leur dégringolade, avec des retraits de 26 % et 17 % ! Ainsi, Fram enregistre une baisse de 4 000 passagers aux Baléares, comme aux Canaries. Ses concurrents, Starter, Jet tours, Plein Vent ou Nouvelles Frontières (pourtant motivé sur les Baléares par sa maison mère allemande TUI) accusent tous un recul. D’après le Centre d’études touristiques des îles Baléares, 2006 ne devrait guère être plus favorable. Au 31 juillet dernier, les arrivées de touristes hexagonaux étaient en baisse de 36,1 %. Il semblerait que les Français boudent les îles, remarque Jaima-Axel Ruiz, directeur de l’office du tourisme espagnol à Paris.

Même situation contrastée en Italie. La péninsule a retrouvé des couleurs l’an dernier avec 3 003 148 arrivées (+3 %) et une progression de 8,5 % chez les voyagistes, mais c’est surtout l’Italie continentale qui a tiré la croissance. La Sicile et la Sardaigne ont été plus à la peine (-16 % et -17 %). Le leader Donatello s’est contenté de chiffres à l’étal, quand Nouvelles Frontières ou Fram reculent.

La Grèce reçoit une médaille

Le redressement a été en revanche sans ambiguïté pour la Grèce (pénalisée en 2004 par les JO), qui a bondi de 24% l’an dernier – un succès partagé avec la Crète – et qui se retrouve dans les chiffres du Ceto (+21 % pour la Grèce continentale, +8 % pour la Crète). Héliades s’est stabilisé autour de 120 000 clients, mais Marmara revient doucement sur le leader (près de 100 000 clients pour l’exercice 2005-2006 qui s’achève). Fram, Look Voyages (qui aligne quatre Clubs Lookéa) ou Jet tours sont tous en progression. Des performances confirmées en 2006. La Grèce a progressé cet été de 27 % chez Look, devenant la deuxième destination du TO avec 50 000 passagers.

L’île de Chypre semble avoir profité elle aussi de ce bel élan, ainsi que de l’enthousiasme d’opérateurs actifs comme Mille et Un Soleils ou Top of Travel, gros affréteurs. Jet tours a aussi contribué à la reprise, avec son Eldorador Faros (près de 9 000 clients l’an dernier). Pas sûr que la destination, coutumière des fréquentations en dents de scie et pénalisée par des capacités aériennes trop faibles, poursuive son ascension. Jet tours se retire d’ailleurs, abandonnant son Eldorador trop moyen de gamme. D’autres opérateurs pourraient toutefois prendre le relais.

Malte semble de son côté susciter un regain d’intérêt (nouveauté 2006 chez STI Voyages ou Euro Pauli), après une année 2005 décevante (-5 %) et des performances en demi-teinte chez les spécialistes. Le Portugal n’a pas non plus brillé, même si Madère est resté une valeur sûre de la production des TO.

Le Maroc sur la première marche

Mais encore une fois, c’est la Croatie qui a tiré la couverture à elle l’an dernier. Les voyagistes en ont bien profité, avec des ventes de forfaits doublées pour Plein Vent (l’un des TO les plus engagés sur le pays), Marsans/Transtours ou Fram. La belle envolée risque cependant de se tasser. L’effet de mode s’émousse et, surtout, les prix de l’hôtellerie ont bien augmenté en 2006, avec de surcroît l’introduction d’une taxe. Les TO continuent néanmoins de miser sur le succès de la destination. Look Voyages annonce ainsi l’ouverture d’un Club Lookea l’été prochain.

Morceaux de choix du bassin méditerranéen, le Maroc et la Tunisie ont ensoleillé, une fois de plus, les carnets de commande. Le premier n’en finit plus de grimper (+21,4 % en vente de forfaits chez le Ceto), profitant d’un véritable engouement des Français mais aussi de l’ouverture de son ciel. La tendance est aussi euphorique en 2006. Marmara, qui a dépassé la barre des 200 000 clients l’an dernier, annonce frôler celle des 300 000 cette année selon Florian Vighier, directeur d’exploitation. Chez le TO, le Royaume chérifien a même détrôné la Tunisie sur la première marche du podium ! La concurrence promet d’être rude, la destination devenant prioritaire sur l’Egypte pour nombre de TO.

La Tunisie est dans la même spirale ascendante, confirmant sa montée en gamme, avec des produits thalasso et golf. Marmara a gagné 90 000 passagers (avec l’ouverture de son Club à Djerba, le Dar Jerba), Fram près de 10 000. Enfin, on pourrait se réjouir des performances de la Turquie l’an dernier, si 2006 n’avait pas enrayé la mécanique.

La Tunisie confirme son rétablissement et sa montée progressive en gamme, avec la thalasso et le golf

Laisser un commentaire

Dans la même rubrique